Le CIP-UEMOA veut davantage s’impliquer dans le processus d’intégration

Le CIP-UEMOA veut davantage s’impliquer dans le processus d’intégration

SHARE
Goakun Rossan Noël TOE et Pacôme ADJOUROUVI
image_pdfimage_print

« La transposition des directives communautaires dans les Etats membres de l’UEMOA : quel rôle pour les parlementaires ? » : c’est le thème au centre de la 48ème session ordinaire du Comité Interparlementaire de l’Union 2conomique et Monétaire Ouest Africaine (CIP-UEMOA) qui se tient actuellement à Lomé.

Les travaux permettront aux parlementaires et experts venus des 8 Etats membres de l’Union de renforcer davantage les liens d’intégration économique et sociale régionale que les États s’efforcent de construire.

Ils auront à aborder plusieurs sujets relatifs aux nouveaux défis qui se posent au fonctionnement de cette institution communautaire.

Egalement au menu des travaux, l’analyse du point sur le reversement des prélèvements communautaires de solidarité, l’exécution du budget 2021 du CIP-UEMOA au 31 juillet, l’adoption du programme d’activités du CIP pour 2022, et la transition vers l’installation du parlement de l’UEMOA.

Ils auront en outre à approfondir les réflexions sur l’évolution du statut juridique du CIP-UEMOA à même de mieux favoriser et soutenir la création d’un marché commun basé sur la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux, de convergence macro-économique.

« Chaque État membre de notre espace UEMOA demeure confronté à l’effectivité de la transposition des directives communautaires. C’est donc ensemble que nous devons réfléchir et trouver des solutions adaptées. À cet égard, je salue la tenue de cette session avec des communications de haut niveau pour réfléchir de façon plus globale à la question en tenant non seulement les particularités nationales, mais aussi les tendances mondiales », a déclaré à l’ouverture des travaux, le 4ème Vice-Président de l’Assemblée nationale, Pacôme ADJOUROUVI.

« Cette session ne sera pas de tout repos car les défis auxquels fait face notre communauté mérite de notre part une attention soutenue et un travail acharné pour qu’aux termes de nos travaux chacun de nous ait la pleine conviction d’avoir ardemment travaillé pour faire bouger les lignes au grand bonheur de nos peuples », a pour sa part indiqué Goakun Rossan Noël TOE, Président du Comité Interparlementaire de l’UEMOA.

Le CIP est un organe de contrôle démocratique et parlementaire au service des peuples de l’UEMOA. Il constitue une véritable représentation des populations de l’union, dans leur diversité culturelle, intellectuelle et professionnelle en vue de leur meilleure implication à l’édifice de la gouvernance démocratique, économique et politique.

Prévus pour 10 jours, les travaux prennent fin le 18 août prochain.

La Rédaction