Le Conseil Épiscopal Justice et Paix (CEJP) apporte son assistance aux détenus...

Le Conseil Épiscopal Justice et Paix (CEJP) apporte son assistance aux détenus de la prison civile d’Atakpamé

SHARE
Une image de la remise des dons
image_pdfimage_print

Les détenus de la prison civile d’Atakpamé ont bénéficié ce vendredi 18 septembre d’un don du Conseil Épiscopal Justice Paix Togo (CEJP). La cérémonie de remise de non-vivres a eu lieu à la prison civile de la ville, en présence des responsables pénitentiaires notamment le régisseur de la prison M. Mamam Sani et des gardiens de la prison.

C’est un geste philanthropique du Conseil Épiscopal Justice Paix Togo (CEJP), une société de l’église catholique où les hommes jouissent de leurs droits fondamentaux comme base de leur bien-être et de leur développement, condition préalable de la paix.

En remettant ces dons à M. Mamam, le coordonnateur diocésain du CEJP d’Atakpamé, Père Tekplo Modeste a précisé que ce geste symbolique à caractère humanitaire s’inscrit dans le cadre d’un programme d’assistance que son service entend apporter aux personnes des milieux carcéraux sur toute l’étendue du territoire devant leur permettre de faire face au nouveau Coronavirus.

Il a émis le vœu que ce geste comble un temps soit peu les besoins des bénéficiaires et d’assainir leur cadre de vie. Pour lui, c’est dans le sens de la miséricorde divine et des béatitudes que ces prisonniers ont besoin d’une attention particulière de l’église de Jésus.

Au nom des détenus, M. Mamam a exprimé sa gratitude au CEJP et aux fidèles de l’église catholique.

Pour rappel, le CEJP est une organisation à but non lucratif. Il a pour mission d’informer les populations sur leurs droits et devoirs et de les aider à revendiquer leurs droits et à mieux assurer les devoirs. Il œuvre également à l’éveil de conscience des populations et des communautés sur les situations d’injustice et à l’émergence d’une société plus juste au sein de laquelle la personne humaine créée à l’image et à la ressemblance de Dieu retrouve sa dignité première.

Depuis Atakpamé, Evrard NOMANYO