Le GF2D forme les femmes sur leur implication au processus de décentralisation

Le GF2D forme les femmes sur leur implication au processus de décentralisation

SHARE
Une photo de famille des participantes
Une photo de famille des participantes
image_pdfimage_print

En sa qualité d’organisation de la société civile œuvrant dans la promotion de la gent féminine, le Groupe de Réflexion et d’action Femme, Démocratie et développement (GF2D) veut voir les femmes jouer pleinement leur partition dans le processus de décentralisation en cours au Togo. Il a initié dans ce sens, en partenariat avec la Fondation Hanns Seidel, un programme de formation à l’endroit des femmes et jeunes filles dont les activités ont été officiellement lancées ce mardi 30 avril à Lomé.

« Décentralisation et développement local : rôles des femmes et jeunes filles politiques » : c’est en effet, le thème au centre de cette formation à l’endroit d’une première cohorte composée d’une trentaine de femmes et jeunes filles issues des partis politiques et organisations de la société civile.

Cette activité qui rentre dans le cadre du programme d’éducation civique de la GF2D à l’endroit des femmes a pour objectif de contribuer au renforcement de la participation des femmes et jeunes filles au processus de décentralisation et de développement de leur communauté.

Les participantes seront outillées sur l’importance de la planification effective et inclusive du développement de leur communauté, l’animation et la conduite d’une séance de diagnostic participatif pour l’identification des besoins spécifiques de chaque composante des communautés, et l’accompagnement des communautés dans la mise en œuvre de leur Plan de Développement Local (PDL).

Plusieurs modules seront développés au cours de la formation à savoir : l’élaboration d’un Plan de développement communal (PDC), les directives nationales pour l’élaboration d’un PDC, le diagnostic participatif sensible au genre, la planification et le budget participatif sensible au genre, le mécanisme de suivi, et le contrôle citoyen de l’action publique.

Il est également prévu une phase pratique qui permettra aux participantes de descendre sur le terrain afin de mettre en application, les enseignements reçus.

« C’est une formation qui se situe dans le cadre de l’académie que nous avons initié depuis 2012 avec la Fondation Hanns Seidel. Cette année nous avons mis l’accent sur le rôle des femmes dans la décentralisation et le développement local », a indiqué Michèle AGUEY, secrétaire générale du GF2D.

« Nous attendons que ces femmes et jeunes filles puissent être présentes en tant que candidate lors des prochaines élections locales et qu’au soir de la proclamation des résultats, qu’on puisse les retrouver massivement en tant que conseillers municipaux et certaines, à la tête des communes », a-t-elle ajouté.

Il faut souligner que l’ouverture de cette session de formation a connu la présence des représentants du ministère de l’action sociale et de la promotion de la femme, et de celui en charge de la décentralisation. Ils ont tous salué cette initiative du GF2D et ont encouragé les femmes en prendre une part active à la formation.

Deux autres atelier de formation seront organisés à l’endroit de deux autres groupes également constitués chacun de 30 femmes et jeunes filles.

Au Togo, les prochaines élections locales sont fixées au 30 juin prochain. Le processus devra conduire à l’enracinement de la démocratie à la base dans le pays.

David SOKLOU