Le guide simplifié des bonnes pratiques agricoles vulgarisé à Atakpamé

Le guide simplifié des bonnes pratiques agricoles vulgarisé à Atakpamé

SHARE
Photo de famille
Photo de famille
image_pdfimage_print

Le Ministère de l’Agriculture , de l’Elevage et de la Pêche (MAEP) en collaboration avec le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestière (MERF) à vulgarisé le guide simplifié des bonnes pratiques agricoles en matière de gestion durable des terres et d’ adaptation aux Changements Climatiques au cours d’un atelier régional organisé du 21 au 22 novembre à Atakpamé dans la région des Plateaux.

Cet atelier initié par le Gouvernement avec l’appui de la Banque Mondiale à travers le Projet d’Appui au Secteur  Agricole (PASA) a regroupé les organisations de producteurs, les faîtières, les représentants des ONG, les sociétés coopératives et les membres de l’équipe techniques.

L’objectif visé de cette activité est de diffuser le guide simplifié des bonnes pratiques de gestion durable des terres auprès des acteurs. Il s’est agi de présenter les bonnes pratiques du guide, de recueillir les suggestions et proposions pour l’élaboration des fiches techniques de trois bonnes pratiques et de faire des recommandations pour la diffusion et l’appropriation dudit guide par les acteurs du monde agricole.

En ouvrant les travaux, le préfet de l’Ogou, M. Akakpo Edoh a indiqué que la problématique de l’environnement se pose partout et notamment dans les plateaux en termes de déséquilibre entre les besoins d’une population en pleine croissance démographique et un environnement dont les ressources sont en dégradation progressive. « C‘est pourquoi protéger l’environnement est devenu l’une des conditions essentielles pour une vie meilleure à chacun de nous », a-t-il ajouté.

Selon lui, si la question de l’environnement touche tous les domaines de la vie, il faut alors intégrer toutes les préoccupations environnementales à tous les secteurs d’activité et à tous les niveaux pour que l’environnement continue d’assurer de meilleures conditions de vie aux populations dans la perspective d’un développement durable.

L’expert en Agriculteurs et changement climatique, M. Issifou Aboudoumissamidou a souligné que les principaux facteurs de ces dégradations des terres sont d’ordre anthropiques entre autres les mauvaises pratiques agricoles, des feux de végétation, la surexploitation du bois de chauffe et celui d’œuvre. Il s’est dit convaincu qu’au vu de la pluralité et de la multidisciplinaire des acteurs à cet atelier, de bonnes recommandations et suggestions sortiront des échanges pour une meilleure vulgarisation de ce guide.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo