Le Mali sollicite la facilitation du Togo auprès de la communauté internationale

Le Mali sollicite la facilitation du Togo auprès de la communauté internationale

SHARE
Abdoulaye Diop reçu par Faure Gnassingbé à Lomé
image_pdfimage_print

Le Mali sollicite formellement la facilitation du Togo auprès de la communauté internationale en vue de trouver des solutions à la crise malienne.

Une délégation malienne conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Abdoulaye Diop a été reçu en audience mercredi 04 mai à Lomé par le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé.

Le patron de la diplomatie malienne était porteur d’un message d’amitié et de fraternité du Président de la Transition du Mali, le Colonel Assimi Goïta.

« J’ai demandé au Togo de soutenir l’effort de dialogue du gouvernement malien avec l’ensemble de la communauté internationale et de prendre des initiatives de facilitation et/ou missions de bons offices pour mobiliser à nouveau les acteurs régionaux et internationaux autour de la transition dont la visée essentielle demeure l’organisation d’élections libres, transparentes et crédibles et le retour à l’ordre constitutionnel », a fait savoir Abdoulaye Diop.

Faure Gnassingbé a réaffirmé sa disponibilité à continuer par accompagner le Mali pour un aboutissement heureux de la transition et un retour rapide à l’ordre constitutionnel.

Abdoulaye Diop a saisi l’occasion pour réitérer la gratitude du peuple malien au chef de l’Etat pour son élan de solidarité et son soutien constructif et constant depuis le début de la transition politique en 2020.

Il faut souligner que depuis le début de la crise malienne, Faure Gnassingbé s’est investi pour la stabilité, la paix et le retour à l’ordre constitutionnel normal dans ce pays à travers le dialogue et la concertation entre les acteurs politiques.

Le dirigeant togolais est par ailleurs régulièrement consulté en faveur d’une issue heureuse des transitions politiques et d’une synergie d’action dans la lutte contre le terrorisme et pour la stabilisation de la sous-région ouest africaine

La Rédaction