Le Mécanisme « Forêts et Paysans » au centre d’un atelier à...

Le Mécanisme « Forêts et Paysans » au centre d’un atelier à Atakpamé

SHARE
Atelier sur le Mécanisme Forêts et Paysans à Atakpamé
image_pdfimage_print

Un atelier national de partage des plans d’action et de renforcement de capacités réunit depuis ce 07 Août à Atakpamé, des responsables de 12 Organisations de Producteurs Forestiers et Agricoles (0PFA) sur la gestion des ressources de la 2ème phrase du Mécanisme Forêts et Paysans ou Forest and Farm Facility (FFF).

Cette rencontre appuyée financièrement par la FAO et la GIZ et avec l’encadrement de la Coordination Togolaise des Organisations Paysannes et Producteurs Agricoles (CTOP) se situe dans le cadre  de la création des conditions du succès et de complémentarité dans les interventions de chaque partie prenante du Mécanisme Forêts et Paysans au Togo. Elle vise spécifiquement à échanger sur les plans d’action de chaque OPFA, à outiller les gestionnaires de ces Organisations sur les procédures de justification des ressources FFF et les canevas de rapportage.

Au cours des 2 jours de travaux, les participants vont prendre connaissance et échanger sur les cahiers de charge des faîtières. Ils seront également informés sur le plan d’action global de la CTOP dans le cadre du FFF et sur les modalités d’utilisation et de justification technique et financière des ressources du FFF.

Des recommandations seront par ailleurs formulées à la fin des travaux pour l’atteinte des résultats dudit mécanisme au Togo.

A l’ouverture des travaux, le Directeur Régional de l’environnement des plateaux M. Tchedre Akondo a au nom de son ministère salué cette initiative qui s’inscrit dans les actions contre la dégradation galopante du couvert végétal.

Selon le Président du Conseil d’administration de la CTOP, M. Gnassingbé Assimarou, le présent atelier constitue le point de départ pour le succès de ce processus qui intervient à titre pilote au Togo.

Pour M. Issifou Aboudoumissamilou, représentant le chargé de bureau de la FAO au Togo, ce mécanisme est important d’autant plus qu’aujourd’hui en Afrique, plus de 700 millions d’hectares de terres sont dégradées et que cette dégradation se poursuit à un rythme alarmant touchant près de 3 millions d’hectares par an.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo