Le parti BATIR lance sa campagne de soutien à Faure Gnassingbé

Le parti BATIR lance sa campagne de soutien à Faure Gnassingbé

SHARE
Le parti politique BATIR en campagne pour Faure Gnassingbé
image_pdfimage_print

Le parti BATIR a officiellement lancé ce samedi 08 février, sa campagne électorale de soutien au président Faure Gnassingbé. Les responsables de cette formation politique ont sillonné ce matin, les rues de la banlieue nord de Lomé notamment Agoè-Nyivé et ses environs.

Partout où BATIR et sa délégation sont passés, ils ont en effet appelé la population à voter massivement pour le chef de l’Etat Faure Gnassingbé le 22 février 2020, jour du vote pour le prochain scrutin présidentiel.

Il faut rappeler que c’est depuis le 08 janvier dernier que BATIR a exprimé sa décision de « soutenir de façon ferme », la candidature de M. Faure Gnassingbé à la prochaine élection présidentielle.

Le parti avait dans cette logique saisi l’occasion pour lancer un appel à tous ses militants à se mobiliser dans la discipline pour contribuer à l’élection du candidat choisi.

Le parti BATIR explique que ce choix fait suite à une analyse approfondie de l’échantillonnage des candidats à la présidentielle de 2020, et à l’examen détaillé de chaque candidat face au combat mené depuis le déclanchement de la crise politique au Togo.

Le choix est également motivé par « les réformes économiques enclenchées ces derniers temps par le Gouvernement togolais  sous l’impulsion du chef de l’Etat sortant » et au regard de « l’engagement ferme » du président sortant à poursuivre les réformes pour le bien-être des populations avec une forte implication des jeunes et des femmes dans la gestion afin de hisser le Togo parmi les pays émergents de l’Afrique.

Démarrée le jeudi 06 février, la campagne électorale se poursuivra jusqu’au 20 février prochain. C’est l’effervescence dans les états major des sept (07) candidats en lice pour le scrutin. Le chef de l’Etat sortant Faure Gnassingbé et candidat à sa propre succession a entamé sa campagne électorale hier vendredi dans les préfectures de Doufelgou, Kéran et Binah au nord du pays.

David SOKLOU