Le Programme E-village assure la communication permanente entre les autorités locales et centralisées

Le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a lancé ce samedi à Niamtougou, le programme E-village qui consiste à renforcer les moyens d’action et de communication des autorités traditionnelles avec les autorités centrales, pour la prise en compte rapide des problèmes locaux.

A travers ce nouveau  programme, au total  4.400 téléphones portables dotés d’une carte SIM et de crédit de communication mensuel, seront mis à la disposition de 4.400 chefs cantons et de villages.

Selon la Ministre des Postes et de l’économie numérique, Cina Lawson, cet ensemble est complété par une plateforme innovante de recueil permanent d’analyse et de  traitement d’informations.

« Ce dispositif permettra tout particulièrement aux chefs de villages et aux chefs de cantons, dans le cadre des sondages économiques et sociaux qui seront nourris, d’exprimer régulièrement les préoccupations des populations locales ainsi que leurs besoins et leurs priorités. Ils pourront alors jouer un rôle important dans la définition des orientations des priorités et de la politique économique du gouvernement », a-t-elle déclaré.

Pour sa part, le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Payadowa  Boukpessi, a clarifié les raisons qui ont motivé le chef de l’Etat à pencher pour ce programme.

« il n’est pas rare de constater que les populations de nos cantons et villages vivent par endroit des événements tristes de diverses natures qui se rapportent aux incendies, aux inondations, aux épidémies, à la transhumance, aux troubles à l’ordre public et bien d’autres faits, plus faciles à circonscrire si les réactions appropriées sont déclenchées à temps », a-t-il indiqué lors de la cérémonie de lancement de ce programme.