Le projet OM4D de l’IFOAM renforce le leadership des acteurs de l’agriculture...

Le projet OM4D de l’IFOAM renforce le leadership des acteurs de l’agriculture biologique au Togo

SHARE
Photo de famille des participants
Photo de famille des participants
image_pdfimage_print

La ville de Nostè, berçeau du peuple Ewé, située à environ 80 km de la capitale abrite depuis le 12 janvier dernier une formation sur l’agriculture biologique. Une vingtaine de participants venus de différentes régions du Togo prennent part à cet atelier de renforcement de capacité dans le cadre du projet OM4D du Mouvement International de l’Agriculture biologique (IFOAM).  Il est question au cours de cette session de formation de 10 jours, de permettre à tous les participants d’acquérir des connaissances dans les différents domaines de l’agriculture biologique.

Famara Diédhiou, Formateur Organic Leadership Course de l’IFOAM, l’un des formateurs dépêchés au Togo pour cette session a édifié la lanterne de l’opinion sur la problématique dès l’entame des travaux : « Pour faire avancer l’agriculture biologique, en faire une pratique de tous les jours, il est nécessaire qu’il y ait des personnes qui soient suffisamment outillées dans divers domaines pour faire avancer la cause de l’agriculture biologique. Quand on parle des personnes outillées, ce sont les leaders et le leader doit être présent sur toute la chaîne ou tout le secteur de l’agriculture biologique, notamment des systèmes de production aux décisions politiques en passant par les systèmes de transformation, les systèmes de techniques de plaidoyer, les systèmes de techniques de commercialisation, l’élaboration des lois, l’élaboration des politiques ».

Pour mériter leurs places à ce grand rendez-vous de partage de connaissances, les participants ont pu dans un premier temps convaincre les formateurs par rapport à la thématique de leadership en agriculture biologique. Aussi leur affirmation ou leur appréhension de ladite agriculture a-t-il été déterminante dans le processus de sélection.

« Quand le concept a été partagé dans différentes plateformes, on s’est rendu compte que l’agriculture biologique est la vraie voie pour sortir de la faim, pour maintenir l’environnement dans lequel nous vivons et plusieurs études ont démontré que l’agriculture biologique est effectivement la vraie solution par rapport à la production, à la qualité des aliments par rapport à un futur radieux pour nous mais aussi pour la génération future », précise le Formateur Famara Diédhiou.

Très engagés pour une meilleure vulgarisation de l’agriculture biologique dans leur pays, les participants comptent d’ores et déjà mettre non seulement en pratiques les connaissances acquises à l’issue de la formation, mais aussi attirer de plus en plus l’attention des gouvernants afin de consacrer une place de choix à l’agriculture biologique dans les politiques et programmes agricoles.

A cet effet, M. GNAKOU Mamilani, responsable de la société Experta TogoAgro, bénéficiaire de la formation OLC 2019, précise : «je voulais rappeler que OM4D est un projet de l’IFOAM qui vise à redynamiser le mouvement biologique dans le monde ; au travers de cette formation OLC 2019 ici au Togo, je voudrais bien être capable d’impacter beaucoup plus le monde biologique au niveau des producteurs et au niveau des consommateurs parce que nous constituons déjà un pont entre ces deux entités. Nous voulons beaucoup plus sensibiliser les producteurs sur les nouvelles techniques, les meilleures techniques de production et nous voulons assurer des produits beaucoup plus sains. Au-delà de tout ça, nous voulons également influencer le décideur parce que le bio, il faut aussi la volonté politique ; au Togo, depuis la foire agricole de Mango, rien qui a été fait. On se demande où sont les résultats de ces conclusions, donc nous voulons relancer le débat pour que les autorités prennent vraiment en compte le mouvement biologique par les politiques. J’en appelle aussi aux journalistes pour porter le message. Sans vous, rien ne sera fait ».

Il est à noter que IFOAM à travers le projet OM4D au Togo œuvre à mettre en place un mouvement de l’agriculture biologique pouvant défendre les intérêts du secteur. Le projet s’investit également dans le développement des marchés locaux des produits biologiques tout en offrant les opportunités d’accès aux marchés internationaux à ces produits à travers des réunions trimestrielles avec les acteurs afin de pouvoir déceler les différents problèmes qui minent le secteur et relever les défis de concert avec tous les acteurs.

« L’IFOAM à travers sons système de plaidoyer, œuvre à impliquer fortement le gouvernement afin que ce dernier puisse prendre réellement en compte les questions de l’agriculture biologique. A travers ces genres d’activités, notamment la présente formation, IFOAM compte ainsi développer et dynamiser davantage le mouvement biologique, souligne M. Gilbert BAKIRWENA, communicateur OM4D/IFOAM au Togo.

Il convient de souligner que l’agriculture biologique est une méthode de production agricole qui exclut le recours à la plupart des produits chimiques de synthèse utilisés notamment par l’agriculture industrielle et intensive depuis le début du XXe siècle, les organismes génétiquement modifiés par transgenèse, et la conservation des cultures par irradiation. La fertilisation du sol et la protection des plantes doivent donc être assurées par d’autres méthodes. Les motivations des agriculteurs et des consommateurs peuvent être de meilleurs revenus, une meilleure santé au travail, la protection de l’environnement ou des produits perçus comme plus sains.

La Rédaction