Le SYNASGROBRA, un nouveau-né dans le monde syndical togolais

Le SYNASGROBRA, un nouveau-né dans le monde syndical togolais

SHARE
Les membres du bureau
Les membres du bureau
image_pdfimage_print

Un nouveau syndicat vient de voir le jour au Togo. Il s’agit du Syndicat National des Sous Grossistes des Produits de la Brasserie du Bénin (SYNASGROBRA) porté sur les fonts baptismaux à l’issue d’un congrès tenu ce weekend au siège de la Confédération syndicale des Travailleurs du Togo (CSTT) à Lomé. Ce bébé qui vient grossir le rang du monde syndical togolais aura pour mission de défendre l’intérêt de ses membres et surtout œuvrer pour la reconnaissance des activités des membres par la Brasserie dans la chaine de vente de ses produits.

« Nous avons décidé de créer ce syndicat parce que depuis un certain temps nous sommes dans cette activité mais il s’est fait que la Brasserie ne nous reconnait pas. Alors que c’est nous qui faisons le travail sur le terrain. Et pire encore, cette fois-ci, la Brasserie a introduit un système qu’on appelle le zonage. C’est ce zonage qui nous amène aujourd’hui à nous constituer en syndicat afin que la Brasserie sache que c’est vraiment nous (les sous grossistes) qui faisons le travail sur le terrain et non les grossistes. C’est nous qui allons livrer les produits aux clients », a déclaré Fadégnon Célestin le tout premier Secrétaire Général du Synasgrobra au terme d’un congrès constitutif qui a réuni 54 sous dépôts autour du thème : « Les sous grossistes des produits de la Brasserie du Bénin face aux réalités de l’heure ».

Le  congrès a accouché d’un bureau de 11 membres élus pour un mandat de quatre (4) ans renouvelable.

Le Secrétaire Général du Synasgrobra a par ailleurs un lancé un appel de reconnaissance à l’Etat et à la Brasserie : « Nous demandons aux autorités politiques et gouvernementales de reconnaitre cela comme étant notre emploi. Avec ça nous employons des jeunes et par conséquent, nous participons à la réduction du taux de chômage dans le pays. Et nous demandons aussi à la Brasserie de nous reconnaitre comme ses agents ».

Le représentant de la CSTT lors de ce congrès, Richard Dansrou s’est félicité de ce que la confédération vient d’enregistrer un syndicat de base. Il a ensuite rappelé aux uns et aux autres le rôle d’un syndicat de base, son fonctionnement. « Un syndicat de base doit être à l’écoute, à l’école, école de la recherche. On n’est pas un syndicat de base pour dormir. Vous devez travailler pour trouver à chaque fois des approches de solutions aux problèmes qui assaillent le secteur. La formation et la cotisation des membres sont aussi indispensables pour la survie du mouvement », a-t-il laissé entendre avant de les rassurer de l’accompagnement  de la CSTT sur le plan logistique et technique au cours des remises à niveau ou des formations des membres.

En rappel, le zonage qui semble mettre en péril le travail des sous grossistes consiste à répartir la ville en plusieurs zones où chaque grossiste sera directement en charge des clients d’une zone. Ce système exclut ou élimine le travail des sous grossistes qui se sont toujours ravitaillés auprès des grossistes pour livrer les clients qui sont les buvettes, bars, restaurants etc.

Espoir AMEHOASSI