Le Togo renoue avec les interventions sanitaires de masse

Le Togo renoue avec les interventions sanitaires de masse

SHARE
image_pdfimage_print

Restées en veilleuse depuis quelques mois pour cause de crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19, les interventions sanitaires de masse vont se relancer dès ce mois de juillet au Togo.

Selon le gouvernement et ses partenaires, il s’agit de faire en sorte que le  Coronavirus n’occulte pas la lutte contre les autres maladies épidémiologiques également bien présentes au Togo.

Cette relance portera sur plusieurs actions de masse, à savoir une campagne de riposte de vaccination des enfants de 0 à 5 ans contre la poliomyélite dans les régions Maritime et Lomé Commune, une campagne de riposte de vaccination contre la fièvre jaune chez les personnes âgées de 9 mois et plus à Galangashi dans le district sanitaire de l’Oti, les cycles de chimio-prévention du paludisme saisonnier à la Sulfadoxine Pyrimétamine dans les régions des Savanes, Kara et Centrale, la campagne nationale de distribution gratuite de moustiquaires à imprégnation durable (MID) à la population, la campagne de traitement de masse (TDM) à l’Albendazole, le Praziquantel et l’Invermectine contre trois maladies tropicales négligées que sont respectivement les géo-helminthiases, les schistosomiases et l’onchocercose.

« Si on y prend pas garde, ces maladies peuvent avoir des conséquences néfastes sur nos populations. En sachant que dans tous nos pays on a constaté une baisse du taux de fréquentation, de consultation, d’hospitalisation des autres maladies. Il y a nécessité de faire une sorte de recadrage en menant les activités au profit de ces autres maladies dont nous avons l’habitude de lutte» a indiqué le Ministre de la santé, Prof. Moustafa MIJIYAWA lors d’une rencontre avec la presse tenue il y a quelques jours à Lomé.

« Il ne faut pas négliger les autres infections. On a une recrudescence de beaucoup d’infections aujourd’hui parce que nos populations fuient les centres de santé. Toutes ces maladies, une fois qu’on a un cas, on doit déclarer l’épidémie car ce sont des maladies à potentiel épidémique. De la nécessité donc que la continuité des services soit effective » a pour sa part souligné la représentante résidente de l’OMS au Togo, Dr Fatoumata Binta Diallo.

Il faut noter que ces nouvelles campagnes seront menées avec le soutien des partenaires du Togo dans le domaine de la santé notamment l’OMS et l’UNICEF.

David S.