Le Togo se prépare pour le Sommet sur la Transformation de l’Education...

Le Togo se prépare pour le Sommet sur la Transformation de l’Education (STE)

SHARE
Image d’une séance de travail des participants
image_pdfimage_print

Le Sommet sur la Transformation de l’Education (STE) débutera le 19 septembre prochain à New-York aux USA. Pour permettre de faciliter l’émergence d’une vision nationale actualisée pour transformer l’éducation d’ici à l’horizon 2030 en rapport avec les cibles des Objectifs de développement durable (ODD), le gouvernement à travers l’équipe nationale de préparation du sommet a échangé avec les différents acteurs de la communauté éducative le 10 août dernier à Atakpamé.

Il était question d’impliquer les acteurs locaux, communautés et bénéficiaires des services éducatifs dans la réflexion et la préparation de cette rencontre inter-Etat, afin non seulement de développer une vision commune de l’avenir de l’éducation et renforcer l’engagement politique et public, mais aussi d’aligner les actions innovantes prioritaires entre les groupes et mobiliser la capacité collective pour réaliser ladite vision.

Une planification de la mise en œuvre des acquis de la rencontre fera l’objet d’un relevé de conclusion servant d’un plaidoyer, une recommandation ou encore un contrat social et doléances à qui de droit vis-à-vis des partenaires techniques et financiers.

La séance d’échange a regroupé des chefs d’inspection des établissements primaires et secondaires des enseignements général et technique, des enseignants, des représentants des comités de gestion d’école publique, des élèves, apprentis et des responsables syndicaux des enseignements public et privé.

Ces différents acteurs ont planché sur cinq thématiques notamment des écoles inclusives, équitables, sûres et saines, apprentissage et compétences pour la vie, le travail et le développement durable, apprentissage et transformation numériques, enseignants, enseignement et la profession enseignante, financement de l’éducation.

Les travaux en focus groupe ont permis aux participants d’examiner les mesures ou approches retenues par le secteur éducatif togolais durant la période de la Covid-19 pour éviter la rupture de l’apprentissage et leur utilisation effective.

Les participants ont également effectué un passage en revue des points positifs et ceux à améliorer au cours des années écoulées et mené des réflexions sur les angles de divergence. Des discussions ont également  porté sur la situation actuelle et ses corollaires du secteur de l’éducation, ses perspectives et ses défis. des propositions concrètes sur l’avenir de l’école togolaise sous forme de stratégies et de mesures visant l’atteinte des objectifs de ODD4 ont été également faites.

Les organisateurs ont mis un accent particulier sur deux défis dramatiques et profondément interconnectés pour assurer une éducation de qualité et un apprentissage tout au long de la vie pour tous : Il s’agit au plan mondial de la crise que connaissent les apprentissages qui prive des jeunes et enfants de leur droit à une éducation de qualité avec pour conséquence, des difficultés à réaliser plusieurs objectifs des ODD liés à l’éducation.

« À l’échelle nationale, la pandémie de la Covid-19 est venue rajouter aux difficultés structurelles déjà existantes », ont-ils souligné. Pour eux, le sommet à venir se place dans le contexte de ces défis et est à l’actif de l’Assemblée générale des Nations-Unies.

À l’issue des travaux, le directeur régional de l’éducation des plateaux Cisse Abdourazak et l’animateur, chef de mission Adedje Kwami Mathias ont dit leur gratitude à la grande famille éducative des plateaux-est pour l’intérêt qu’elle accorde à la question de l’éducation en vue de donner au système éducatif, un nouveau souffle et d’en faire un modèle dans la sous-région.

Ils ont pour finir, invité leurs collègues à canaliser toutes leurs énergies pour insuffler au monde éducatif une réforme. Ceci dans le but de mieux rentabiliser et d’assurer aux enfants, un enseignement de qualité axé sur l’acquisition d’un socle solide de connaissances et de compétences doublées de l’apprentissage de comportements civiques et citoyens, ainsi que des valeurs qui répondent aux besoins du marché de l’emploi.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo