Législatives de 2018 : Le choix du candidat UNIR ne fait pas...

Législatives de 2018 : Le choix du candidat UNIR ne fait pas l’unanimité dans le Canton de Ountivou (OGOU)

SHARE
image_pdfimage_print

Le choix du sieur SENOU SOKLINGBE en qualité de candidat du parti Union pour la République (UNIR) pour le compte du canton de OUNTIVOU dans le cadre des prochaines élections législatives ne fait pas l’unanimité. En effet, des leaders d’opinion et autres personnes ressources du canton qui affirment être très attachés aux idéologies du parti, ont dans une lettre adressée au secrétaire exécutif Aklesso Atcholé, indiqué que « le parachutage » de M. SENOU SOKLINGBE en qualité de candidat « ne retient pas l’assentiment de toute la communauté », notamment les chefs traditionnels, les leaders d’opinions et personnes ressources, le groupe des femmes et les ressortissants Adja résidant à Lomé.

Ces leaders estiment qu’il s’agit d’un choix orchestré par le Major KOULOUN sous le regard impuissant du vice président UNIR pour la région des plateaux. Selon eux, le candidat est inconnu et jamais vu par les populations, et n’a fait son apparition qu’à l’ouverture du dépôt des dossiers de candidature.

Ils affirment également que M. SENOU SOKLINGBE n’a jamais participé à une manifestation du parti, ni au niveau national, préfectoral voire dans le canton où il est parachuté. « Il n’est pas connu par les militants dans la préfecture de l’ogou. Même lors de récentes activités sur le recensement électoral, M. Sénou SOKLINGBE était totalement invisible. Les populations à la base ne le connaissent pas  et vis-versa », ont-ils indiqué.

« Les chefs traditionnels du canton de OUNTIVOU invitent  les autorités de notre grand parti Union Pour la République à prendre en compte nos préoccupations afin que le travail soit accessible sur le terrain car la victoire est certes acquise mais long est encore le chemin à parcourir et grand le travail à abattre pour le sacre de notre grand parti UNION POUR LA REPUBLIQUE car le dit on souvent : ‘’Dans la course vers les législatives, un siège de perdu est un siège de trop’’ », soulignent-ils dans le note, tout en précisant que pendant ce temps, de dignes fils militants et acteurs de l’émergence intégrale du milieu, à l’image de AGBENOWOSSI Yaovi, Mme AFAN Noudégno ou encore GECHI Djima Pierre, soucieux du développement économique, constructif, harmonieux et fraternel des filles et fils du grand canton en qui les populations se sentent concernés, « sont mis sur les carreaux pour des raisons inavouées ».

Il faut souligner que les 182 candidats UNIR en lice pour les législatives du 20 décembre prochain ont été déjà formés cette semaine à Lomé sur les enjeux et défis lés à ces élections. Il s’est agi pour le parti de Faure Gnassingbé, de leur permettre d’adopter les bonnes stratégies pour convaincre l’électorat au cours de la campagne électorale qui s’ouvre ce 04 décembre 2018 selon le chronogramme de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Cris DADA