Les ministres BATAKA et TCHEDE-ISSA constatent l’état d’avancement du PDRD à Djagblé

Les ministres BATAKA et TCHEDE-ISSA constatent l’état d’avancement du PDRD à Djagblé

SHARE
Visite du site
Visite du site
image_pdfimage_print

Un an après le lancement des travaux du Projet de Développement Rural de la Plaine de Djagblé (PDPD), une localité située à 15 km au nord-est de Lomé, le ministre de l’agriculture, de la production animale et halieutique, Koutéra BATAKA et son collègue Bouraina Kanfitine TCHEDE-ISSA, ministre délégué auprès du ministre de l’eau, de l’équipement rural et de l’hydraulique villageoise, sont allés constater de visu, l’état d’avancement des travaux sur les différents sites du projet.

Les deux ministres sont allés ce jeudi 21 février pour prendre connaissance de l’élan des prestations et du taux de réalisation des activités sur les différents sites d’exécution dudit projet évalué à 9,6 milliards de francs CFA.

« Nous sommes heureux de voir que globalement les chantiers sont bien avancés, il y a des travaux qui ont été déjà finalisés comme la construction de certains bâtiments scolaires qui sont déjà occupés par les élèves. Sur le plan agricole, les engins sont en train de faire les gros travaux d’aménagements du périmètre irrigué de 340 hectares. Ainsi, si tout va bien, d’ici quelques mois les producteurs devraient commencer à exploiter le site », à laisser entendre le ministre de l’agriculture, de la production animale et halieutique, M. Noel Koutéra BATAKA.

La délégation ministérielle a aussi relevé des retards à certains niveaux et a promis de prendre des mesures idoines pour y remédier. Il faut noter à cet effet que le taux d’exécution des travaux à la date du 18 février 2019 est de 32 % tandis que la mise en œuvre du projet dans son ensemble est aujourd’hui de 45 %.

Pour rappel, les travaux du projet de Développement Rural de la Plaine de Dagblé ont été lancés le 22 février 2018 par le Président de la république Faure GNASSINGBE. Le projet est cofinancé par la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA), la Banque Islamique de Développement (BID) et l’Etat Togolais.

Elisabeth S.