Togo : Les professionnelles de la santé en guerre contre la Résistance...

Togo : Les professionnelles de la santé en guerre contre la Résistance aux antimicrobiens (RAM)

SHARE
Une vue des participants
Une vue des participants
image_pdfimage_print

La Résistance aux antimicrobiens (RAM) constitue aujourd’hui, l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement. Elle peut toucher toute personne à n’importe quel âge et dans n’importe quel pays. Par conséquent il urge de mener des actions pour lutter efficacement contre le développement de ces RAM. C’est dans cette optique qu’un séminaire de sensibilisation a été organisé ce jeudi 09 Mai à Lomé, à l’intention des professionnelles de la santé humaine et animale au Togo. 

Placée sous le thème « acteurs de santé humaine, de santé animale et de l’environnement, ensemble luttons contre un usage inapproprié des antibiotiques », cette journée de sensibilisation à la problématique de la résistance aux antimicrobiens a pour objectif, le partage d’expériences et de résultats des travaux de recherche spécifiques à chaque secteur sur l’utilisation des antimicrobiens

Selon le professeur Salou Mounerou point focal pour le suivi de la résistance aux antimicrobiens, il a été élaboré un plan d’action mondial de la lutte contre les RAM et l’un de ces objectifs stratégiques est la sensibilisation.

« Pour combattre cette résistance antimicrobienne au Togo, nous n’allons pas nous mettre hors du plan d’action stratégique qui est proposé à l’échelle mondiale et l’une de ces stratégies est la sensibilisation parce que pour mieux combattre le fléau il faut le connaitre. Aujourd’hui il faut qu’il y ait  des moyens pour permettre de détecter précocement l’infection pour que l’antibiotique soit adapté lorsque je suis à l’hôpital. Il faut aussi que nous respections les règles d’hygiènes, que nous nous offrons de l’eau potable et si nous arrivons à utiliser ces moyens de prévention et aussi faisons la vaccination alors il y aura beaucoup de maladies que nous pouvons éviter », a-t-il indiqué.

Au terme de la rencontre, il sera mis en place un groupe technique selon l’approche « one health » pour promouvoir les bonnes pratiques, relever les défis liés à l’utilisation imprudente et abusive d’antimicrobiens.

Elisabeth S.