L’innovation et le développement des marchés financiers au cœur de la 13e...

L’innovation et le développement des marchés financiers au cœur de la 13e édition des journées BRVM à Lomé

SHARE
Photo de famille
Photo de famille
image_pdfimage_print

Annoncée il y a quelques jours, la 13è édition des journées de la Bourse Régionales des Valeurs Mobilières (BRVM) s’est effectivement tenue ces 18 et 19 octobre 2018 à Lomé. Les travaux se sont déroulés autour du thème : « l’innovation et le développement des marchés financiers », occasion d’ancrer la culture boursière dans les mœurs au sein de l’UEMOA.

Grand rendez-vous du Marché financier régional, les journées BRVM sont un une sorte de caravane promotionnelle autour des activités boursières de l’Union économique et Monétaire ouest Africaine (UEMOA). Selon Bertrand Bodet, Directeur de l’Antenne nationale de la Bourse, ces journées visent à améliorer la visibilité de la BRVM et des acteurs du Marché, à promouvoir les produits et services financiers innovants, et à accroitre le nombre d’entreprises cotées. Le but est de contribuer à la vulgarisation de la culture et des pratiques boursières au sein des populations de l’Union.

L’une des interventions phares qui ont marqué les activités reste la communication intitulée, « Investir en bourse – Définir sa stratégie gagnante et comment se faire accompagner », présentée par Kpetemey Kouassivi, Directeur Général de la Société de Gestion d’Actifs, Opti Asset Management. Dans sa présentation, M. Kpetemey a entretenu l’assistance sur la nécessité d’investir en bourse, les préalables à respecter lorsqu’on veut investir, les différentes stratégies d’investissement en bourse, les stratégies passives, les stratégies actives et comment se faire accompagner.

« On constate que les gens ont souvent peur d’aller sur le marché financier parce que dans notre zone la culture boursière n’est pas vraiment développée. La participation au marché financier est attribuée à une certaine classe ou élite. Or, cela ne doit pas être le cas. C’est pourquoi il nous revient en tant qu’acteurs de divulguer le message boursier au sein de la population pour permettre petit à petit à réduire ce frein », a indiqué Kpetemey Kouassivi.

Pour lui, cette peur s’exprime par deux facteurs. Par rapport aux épargnants (particuliers), il est clair que certains redoutent les risques que présente le marché financier. De l’autre côté, on note la réticence des actionnaires à faire rentrer d’autres personnes qu’ils ne connaissent pas dans leur groupe. Ces deux aspects constituent la cause du désintéressement au marché financier. Mais face à tous cela, une solution s’offre lorsqu’on veut intégrer le marché : se confier à une structure professionnelle qui se charge de la gestion des Actifs.

In fine, ces journées ont permis aux entreprises et particuliers de découvrir les opportunités du marché. Ce qui fera certainement augmenter le nombre d’entreprises cotées qui sont à ce jour au nombre de 45 dans l’espace UEMOA (dont 35 pour la Côte d’Ivoire).

Cette activité est saluée par le Gouvernement togolais à travers le Ministère de l’Economie et des finances pour qui l’organisation de ces journées s’inscrivent dans une dynamique de développement des activités de la BRVM, avec pour objectif d’accroitre sa visibilité régionale et internationale et la rendre plus attractive et plus compétitive, au service du financement des économies de l’UEMOA.

« Le Gouvernement togolais, est engagé à soutenir le développement des activités du Marché Financier Régional à travers le recours régulier au marché monétaire pour des adjudications, l’émission d’emprunts obligataires pour le financement des projets d’infrastructure et la privatisation des entreprises togolaises par le biais du marché. Ensemble, œuvrons donc au rayonnement de notre marché pour une intégration toujours plus forte au profit d’une sous-région plus prospère », a indiqué à l’ouverture des travaux, Kossi Tofio, Directeur de cabinet du ministère de l’économie et des finances.

Il faut souligner que la BRVM est la bourse commune aux huit pays de l’UEMOA. Actuellement la capitalisation du marché des actions est estimée à 5 441 milliards de F CFA et celle du marché obligataire à 3 290 milliards soit un total de 8 731 milliards représentant 13 % du PIB de l’espace communautaire.

Espoir AMEHOASSI