MIFA : déjà plus de 14 milliards F CFA accordés aux acteurs...

MIFA : déjà plus de 14 milliards F CFA accordés aux acteurs agricoles

SHARE
Aristide Agbossoumonde, DG du MIFA
image_pdfimage_print

Le Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA) démontre son efficacité sur le terrain, en termes de financement des acteurs agricoles.

Deux ans après son lancement par le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé, l’Institution a réussi à mobiliser neuf institutions financières nationales à savoir ECOBANK, BOA, Orabank, Sunu Bank, UTB, BTCI, SOGEMEF, FUCEC et African Leader Togo qui ont alloué plus de 14 milliards de francs CFA à 144.000 acteurs du secteur agricole toute filière confondue dont 125.000 producteurs.

A cela s’ajoutent les appuis techniques et financiers des institutions financières internationales notamment le FIDA, la BAD, et le Khalifa Fund.

Par ailleurs, les interventions du MIFA SA ont permis la création de 162 678 emplois directs et indirects. Le Mécanisme a également procédé à la structuration de 124 milliards de francs CFA de marchés viables liés à la production et à la transformation sur toutes les filières agricoles.

Selon Aristide Agbossoumonde, Directeur général du MIFA, l’ambition est de renforcer davantage le rôle de l’agriculture dans la création de richesse dans notre pays ainsi que l’amélioration des conditions de vie des acteurs du secteur par le développement de produits d’assurance (assurance maladie, assurance agricole et prévoyance sociale).

Pour 2020, le MIFA intensifie déjà ses actions au profit du secteur agricole affecté par la crise sanitaire liée au nouveau Coronavirus.

Sur un objectif de financement de 50 milliards de francs CFA à faciliter au cours de cette année au profit de 400 000 acteurs du secteur avec pour ambition la création de 450 000 emplois, le MIFA a déjà introduit un portefeuille de projets d’une valeur de 30 milliards de francs CFA auprès des institutions financières partenaires.

L’institution souhaite en outre  renforcer sa présence dans le monde paysan par le biais de la mise en place de nouvelles antennes préfectorales pour un meilleur suivi et accompagnement technique des acteurs agricoles notamment les producteurs.

David S.