Milieu carcéral : Les régisseurs outillés sur les bonnes pratiques en matière...

Milieu carcéral : Les régisseurs outillés sur les bonnes pratiques en matière sécuritaire et de protection des droits des détenus à Atakpamé

SHARE
Photo de famille
image_pdfimage_print

Les rideaux sont tombés ce vendredi 10 décembre à Atakpamé, sur l’atelier national de partage et de renforcement des capacités des régisseurs, ONGs de la société civile et de défense des droits de l’homme intervenant en milieu carcéral et les surveillants en chef, sur « la problématique de la sécurité dans les établissements pénitentiaires ».

Au terme des travaux de deux jours, de nombreuses recommandations ont été élaborées, en vue d’un plaidoyer pour un meilleur fonctionnement des établissements pénitentiaires, en vue de contribuer à corriger les lacunes liées à la gestion sécuritaire des prisons identifiées.

Organisée par le ministère de la justice et de la législation à travers la direction de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion, avec l’appui de l’Amnesty International, cette rencontre a permis aux participants d’approfondir leurs connaissances sur les bonnes pratiques en matière sécuritaire et de protection de droits des détenus.

Ils ont à cet effet à partir des exposés débat, des discussions de groupe et des travaux pratiques relevé les différentes violations des droits nées des défaillances sécuritaires.

Mme Sena Akuessi représentante du préfet de l’Ogou a ouvert les travaux de cette rencontre en présence de M. Idrissou Akibou, Directeur de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion représentant le ministre de la justice, et le directeur de l’Amnesty International Togo, M. Adi Aimé.

En indiquant que les prisons deviennent des réservoirs potentiels de recrutement de terroristes, elle a demandé au personnel pénitentiaire de doubler de vigilance pour que les prisons soient non seulement calmes et stables mais aussi des lieux qui participent efficacement à aider les détenus et ex-détenus à changer de vie et à se prendre en charge absolument.

Pour M. Akibou, les acteurs par cet atelier tenterons de trouver des stratégies nouvelles pour que les problèmes sécuritaires soient réglés et permettre aux détenus et le personnel pénitentiaire de vivre un climat de convivialité, de paix et d’harmonie favorable à l’amendement, à la réinsertion et à la promotion des droits des détenus.

Selon Aimé Adi, garantir la sécurité des détenus ne les profite pas seulement  mais aussi protège le monde extérieur contre toute autre forme d’invasion et des comportements qui pourraient être préjudiciable à la sécurité de l’ensemble de la communauté.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo