Nations Unies : Le Togo présente son rapport sur les ODD

Nations Unies : Le Togo présente son rapport sur les ODD

SHARE
image_pdfimage_print

A l’instar de cinq autres pays africains, le Togo a l’honneur de présenter ce 20 juillet 2016 aux Nations Unies, sa revue nationale de l’agenda 2030 lié aux Objectifs de Développement Durable (ODD). Ceci dans le cadre du forum politique de haut niveau sur le développement durable qui se tient au siège de l’Organisation sous l’égide de son département économique et social. C’est le Premier ministre Komi Selom KLASSOU qui s’est chargé de cette présentation, assisté des ministres André Johnson, Kossi ASSIMAIDOU et de certains experts nationaux.

PM revueQuatre points essentiels sont à retenir de ce rapport sur l’état d’avancement de l’intégration des ODD dans les instruments de planification du développement au Togo. En effet, dans sa présentation, le Premier ministre a d’abord rappelé le contextesociopolitique et économique du Togo en faisant cas des difficultés des années 1990-2005 qui ont eu des répercussions néfastes sur la situation économique et sociale du pays. Une situation suivie d’un fort désinvestissement dans tous les secteurs en particulier l’agriculture, l’éducation, la santé, les infrastructures économiques, ainsi qu’une atteinte à la capacité de l’administration à concevoir et à mettre en œuvre efficacement des politiques de développement. Mais depuis 2006, la mise en œuvre de certaines réformes, suivi d’un réengagement des partenaires ont permis au pays de se remettre sur le chemin du développement avec un taux de croissance moyen du Produit Intérieur Brut réel qui est passé de 1 % pendant la période de crise à plus de 5 % au cours de ces cinq dernières années.

Pour ce qui concerne les instruments de planification du développement qui prévalent au Togo, le Chef du gouvernement, du haut de la tribune des Nations Unies, a fait savoir qu’ils sont tous fondés sur la stratégie nationale de développement basée sur les OMD pour la période 2006-2015. Ce qui, dit-il, signifie qu’ils intégraient déjà un grand nombre de principes adoptés par l’agenda 2030, notamment, le principe de l’inclusion. « Avec la création du Fonds National de la Finance Inclusive, le Gouvernement est en train de lever progressivement le défi de l’exclusion financière en proposant des services financiers adaptés aux jeunes, aux agriculteurs et aux couches les plus pauvres et les plus vulnérables pour leur permettre d’accéder plus facilement aux opportunités économiques et sortir de la pauvreté », a-t-il souligné tout en mentionnant les importants investissements du Togo dans les infrastructures portuaires, aéroportuaires, routières, énergétiques et dans les technologies de l’information et de la communication pour un seul but :  favoriser  une accélération de la croissance.

Salle de ForumAu Togo, le processus d’intégration des ODD dans les instruments de planification a démarré depuis 2012 avec la participation du pays aux différentes phases de consultations sur la vision du développement post-2015. Concernant ce volet, Komi Sélom KLASSOU a fait savoir que le pays a élaboré de manière participative, avec l’appui du PNUD et du Département des Affaires Economiques et Sociales des Nations Unies, un programme national de renforcement des capacités et de modernisation de l’Etat pour le développement durable dont la mise en œuvre constitue selon lui, une des clés de la réussite du processus en permettant le renforcement du capital humain et des capacités institutionnelles. « Dans le même ordre d’idées, partant des orientations de notre stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE), nous avons conçu un document-cadre de notre système de planification avec les contributions de toutes les parties prenantes au processus de développement, afin d’assurer la cohérence temporelle et spatiale de la gestion du développement et d’inscrire l’action publique dans une perspective à court, moyen et long terme. A partir de ce document-cadre, nous élaborons un Plan National de Développement Durable », a-t-il ajouté. De sa présentation, il ressort en outre qu’après l’adoption des ODD en septembre 2015, le Togo a entrepris plusieurs activités dans le cadre de la préparation pour l’intégration de manière globale et coordonnée de ces objectifs dans les stratégies et politiques de développement. Au rang de ces activités, figure la tenue à Lomé en décembre 2015 du premier atelier des pays francophones sur l’intégration des ODD dans les politiques de développement et son appropriation par les différents acteurs locaux et nationaux tant des secteurs public, privé que de la société civile.

De plus, les consultations nationales qui ont eu lieu ainsi qu’une revue des politiques sectorielles ont permis au pays de déterminer d’une manière inclusive, les cibles prioritaires avec la constitution d’une première base de cibles prioritaires des ODD pour le pays.

Vers la validation du Plan National de Développement Durable au Togo

A en croire le Chef du gouvernement, le reste de la feuille de route conduira le Togo en Décembre 2016 à la validation nationale du Plan National de Développement Durable. Il sera question de l’évaluation de la mise en œuvre de la SCAPE et de la revue des politiques sectorielles. « Les orientations stratégiques du Plan national de développement durable qui en découleront vont permettre à coup sûr de combler les insuffisances constatées au niveau des résultats des OMD, de mieux ancrer la mise en œuvre des ODD en tenant à la fois compte des priorités nationales et des engagements au plan régional et continental », a-t-il expliqué tout en faisant comprendre que « pour une meilleure mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) au niveau sectoriel, régional et local, le Togo a opté pour la réalisation d’un atlas des ODD sur la base des résultats du processus consensuel de priorisation des cibles avec à la clé, des indicateurs y afférant ».

Pour Komi Sélom KLASSOU, l’engagement du Togo 2016 dans  le vaste Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) est une preuve de plus de la volonté du gouvernement d’améliorer significativement les conditions de vie des populations vulnérables vivant dans les zones peu ou mal desservies par les infrastructures et services socio-économiques de base et la réduction des inégalités sociales dans le pays.

Enfin sur les questions de financement de la réalisation de ses ODD, le Premier ministre a dans son discours, expliqué les stratégies de mobilisation des ressources aussi bien en interne qu’à l’externe. En interne, la création de l’Office Togolais des Recettes (OTR) marque selon lui  l’engagement du Togo à privilégier de façon rationnelle, la mobilisation des ressources internes pour le financement du développement. « Les résultats de cet office au cours des deux dernières années nous confortent dans la pertinence de notre vision et de notre action à cet égard. En effet, cet office permet une amélioration notable de la collecte des recettes fiscales qui sont passées de 16% du PIB en 2013 à l’équivalent de 20,2% du PIB en 2015. Ceci s’ajoute aux nouvelles mesures relatives à la collecte, à l’assainissement et à une meilleure allocation des ressources publiques », s’est-il réjoui. Il a révélé en passant que le Togo compte aller plus loin en matière de politique fiscale et de faire en sorte que le secteur privé puisse véritablement jouer son rôle de moteur de création de richesses et d’emplois en ce qui concerne le développement durable.

Sur le plan externe, dit-il,  le Togo, en sa qualité de pays pilote, compte mener avec les pays de la sous-région, des réflexions approfondies pour asseoir les mécanismes de financement, le captage de ressources appropriés et nécessaires, les centres de recherche et d’innovation capables d’accélérer la mise en œuvre des Objectifs du Développement Durable. « Outre les flux de l’aide publique au développement et les montages institutionnels d’appui à la mise en œuvre des ODD, le Togo entend optimiser le financement de ses besoins en infrastructures en tirant profit des opportunités offertes par les partenariats public-privé. La mobilisation de la diaspora togolaise et d’autres financements innovants constitue également un axe important de la stratégie du gouvernement », a-t-il conclut.

A travers cet exposé aux Nations Unies, on se rend bien compte que le Togo est déjà de plein pied dans la mise en œuvre des ODD. Pour preuve, le pays a déjà formulé trois programmes phares qui prennent en compte de manière explicite les ODD notamment le programme national de renforcement des capacités et de modernisation de l’Etat  pour le développement durable, le programme d’urgence de développement communautaire et le programme d’appui aux populations vulnérables. Conformément à son agenda d’ici 2030, le Togo ne compte pas baisser les bras en ce qui concerne la réalisation des ODD et tous les acteurs sont dans cette logique, appelés à jouer leur partition pour l’atteinte de ces Objectifs pour le bien de tous.

Il faut rappeler que le Togo est l’un des 22 États à se soumettre à cet exercice au cours de ce forum qui est le premier depuis l’adoption de l’Agenda 2030 des ODD. Le choix du Togo pour présenter sa revue nationale au forum économique des Nations Unies a été d’ailleurs salué par le sous secrétaire des Nations Unies pour les affaires économiques et sociale, M. Wu HONGBO.

David SOKLOU