Nouveau coup d’État au Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré s’empare...

Nouveau coup d’État au Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré s’empare du pouvoir

SHARE
Le groupe de militaires ayant annoncé à la télévision nationale du Burkina Faso, la mise à l'écart de Paul-Henri Damiba ©RTB
image_pdfimage_print

La journée de ce vendredi 30 septembre a été très mouvementée au Burkina Faso. Le pays des Hommes intègres a en effet vécu un nouveau coup d’État à l’issu duquel le putschiste Paul-Henri Sandaogo Damiba est écarté du pouvoir désormais occupé par le capitaine Ibrahim Traoré.

Après avoir renversé en janvier dernier son prédécesseur Roch Marc Christian Kaboré, le lieutenant-colonel Damiba est finalement lui aussi renversé pour ne pas avoir su juguler la vague terroriste dans le pays.

La nouvelle a été rendue officielle dans la soirée à la télévision nationale du Burkina Faso où une quinzaine de soldats ont annoncé que le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba était démis de ses fonctions de président de la transition.

Par ailleurs, les militaires putschistes ont proclamé la dissolution du gouvernement et de la Constitution, ainsi que la fermeture des frontières du pays jusqu’à nouvel ordre. Dans la foulée, le nouvel homme fort du pays a été également désigné en la personne du capitaine Ibrahim Traoré qui prend d’office la tête du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR).

Ce nouveau coup d’Etat au Burkina, le second en l’espace de huit mois, est condamné par la CEDEAO qui trouve « inopportun ce nouveau coup de force au moment où des progrès ont été réalisés (…) pour un retour à l’ordre constitutionnel au plus tard le 1er juillet 2024 ». L’organisation sous régionale.

Les putschistes ont pour leur part promis de convoquer incessamment les forces vives de la Nation » pour désigner un  nouveau président du Faso, civil ou militaire.

David S.