Ogou1 : Des acteurs des filières maïs et riz des plateaux à l’école de l’entrepreneuriat agricole

Ils sont au total cent trente (130) producteurs des filières maïs et riz de différentes organisations paysannes de la région des plateaux à entamer ce mercredi 24 février à Atakpamé, un atelier de formation sur l’entrepreneuriat agricole.

Cette rencontre qui intervient après celle de la région maritime, s’inscrit dans le cadre d’un projet de renforcement du niveau de professionnalisation des acteurs des filières agricoles prioritaires et stratégiques pour susciter  l’ouverture d’esprit entrepreneurial et favoriser l’investissement des jeunes hommes et femmes dans ce domaine.

C’est un projet placé sous la coordination technique de la Direction des Filières Végétales (DFV) du ministère de l’agriculture, de l’élevage et du développement rural.

Il s’agira pendant quatre jours, d’outiller les participants sur une meilleure lecture des opportunités de financement et des capacités de les mobiliser.

Au cours de cette rencontre, les communications porteront sur divers thèmes tels que la production, la transformation, la commercialisation et des services connexes notamment l’appui technique, les conseils en gestion financière, comptable et juridique entre autres.

Dr. Claude Batchassi de la Direction régionale de l’agriculture, de l’élevage et du développement rural (région des plateaux) et son collègue de l’Institut du Conseil d’Appui Technique (ICAT), Dr Abotsi Kokou  se sont réjouis de cet atelier de formation qui vient appuyer ceux qui cultivent le riz et le maïs.

Selon eux, à l’heure de la mondialisation, il faut du professionnalisme dans la gestion  des filières, rendre  les acteurs plus dynamiques à tous les niveaux, s’organiser en tenant compte des trois maillons qui sont les producteurs, les transformateurs et les commerçants/exportateurs afin d’atteindre la parité gagnant-gagnant.

Pour M. Yodo Kossi Mawuena, chef division culture de rente et de diversification à la DFV représentant son directeur, cette formation veut faire de ces acteurs, de véritables entrepreneurs capables de mieux rentabiliser leurs activités et partant, augmenter leurs sources de revenus et améliorer leur contribution à l’économie nationale. Il a ensuite exhorté les participants à relayer l’information aux autres producteurs.

Depuis Atakpamé, Évrard NOMANYO