Plus de cinq (05) milliards de la BID en faveur de l’enseignement...

Plus de cinq (05) milliards de la BID en faveur de l’enseignement supérieur au Togo

SHARE
La signature de l’accord de financement a été effectuée par le Ministre Sani YAYA
La signature de l’accord de financement a été effectuée par le Ministre Sani YAYA
image_pdfimage_print

9,09 millions d’euros soit 5,9 milliards de F CFA, c’est l’enveloppe financière que l’institution de la Banque Islamique de Développement (BID) met à la disposition du Togo dans le cadre d’un projet d’appui à l’enseignement supérieur.  L’accord de financement a été signé ce jeudi à Djeddah en Arabie Saoudite par le Ministre Sani YAYA  en charge de l’Economie et des finances, et la BID en marge de la 42ème réunion annuelle de cette institution.

Le projet concerne les sciences et le domaine de l’ingénierie et sera exécuté au niveau des deux universités publiques du Togo, notamment l’université de Lomé et celle de Kara. Il prévoit notamment la mise à niveau de l’infrastructure physique institutionnelle, l’amélioration de la compétitivité et la pertinence dans l’enseignement supérieur, et l’appui à la gestion du projet.

La première composante financera en effet la mise à niveau de 16 laboratoires pédagogiques y compris la réhabilitation et l’extension, la construction et l’équipement d’un laboratoire central de recherche, l’acquisition des équipements scientifiques et de mobilier.

Le financement des programmes de formation, la fourniture de subventions en recherche-développement, le financement du développement, de la modernisation et de l’adoption des programmes d’enseignement et de matériels en sciences et en ingénierie sont entre autres volets pris en compte dans la seconde composante.

La troisième composante du projet consistera pour sa part en un appui à la gestion du projet, notamment un atelier de démarrage et les évaluations de mi-parcours.

Il faut souligner que la réunion annuelle de la BID est organisée chaque année par le Conseil des Gouverneurs pour débattre de questions liées au développement et d’ordre institutionnel.  Plus de 2000 personnes ont pris part à cette rencontre qui offre aux décideurs un cadre idéal pour se pencher sur les défis qui interpellent les pays membres du Groupe de la BID et les opportunités qui leur sont offertes.

Bruno OBOE