Plusieurs partis politiques absents aux journées de réflexion de la C14

Plusieurs partis politiques absents aux journées de réflexion de la C14

SHARE
Des responsables de la C14 (archives)
Des responsables de la C14 (archives)
image_pdfimage_print

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition peine à se remettre sur les rails pour la suite de sa lutte en faveur de l’alternance politique au Togo. Les journées de réflexion de la C14 tenues les 20 et 21 Février 2019, n’ont pas connu la participation de toutes les formations politiques membres de la coalition, signe de la mésentente qui règne actuellement au sein de ce regroupement de partis de l’opposition.

Selon nos informations, en dehors du Comité d’action pour le renouveau (CAR) de Me Yawovi Agboyibo qui avait formellement écrit à la coordinatrice de la coalition, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson qu’il ne prendrait pas part aux travaux, d’autres partis politiques ont aussi finalement décidé de boycotter ce conclave.

Il s’agit notamment de Santé du Peuple du Dr Georges William Kouessan, de « Le Togo Autrement » de Fulbert Sassou Attisso, du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD) de Me Mohamed Tchassona Traoré et du Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam.

Finalement, ont pris part aux travaux, l’Alliance nationale pour le changement (ANC) de Jean-Pierre Fabre, la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) de Mme Adjamagbo Johnson, du Pacte socialiste pour le renouveau (PSR) de Pr Komi Wolou, des Démocrates socialistes africains (DSA) de Targone Sambiri, l’Union des démocrates socialistes du Togo (UDS-Togo) d’Antoine Folly, les Forces démocratiques pour la République (FDR) de Me Dodji Apévon, les Démocrates de Nicodème Habia, le Parti des Togolais de Nathaniel Olympio et l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI) de Prof. Aimé Gogué.

Ce conclave avait pour objectif de « dresser le bilan des dix-huit (18) mois de vie commune et redéfinir les perspectives de lutte pour l’alternance au Togo au plus tard en 2020 ». Qu’est-ce qui n’a finalement pas marché ? Beaucoup se posent la question.

Au demeurant, la coordinatrice de la coalition a indiqué dans un communiqué publié ce jeudi 21 février que « les conclusions des travaux seront partagées avec les partenaires de la coalition et portées à la connaissance des populations togolaises au cours d’une conférence de presse ».

Cris DADA