Politique : La C14 exprime ses préoccupations au Groupe des 5

Politique : La C14 exprime ses préoccupations au Groupe des 5

SHARE
Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la C14
image_pdfimage_print

Dans son analyse de la situation sociopolitique actuelle du Togo à quelques mois de l’élection présidentielle de 2020, la Coalition de l’opposition (C14) est allée exprimer vendredi dernier, ses préoccupations au Groupe des cinq partenaires du Togo notamment l’Allemagne, les Etats Unies, la France, le PNUD et l’Union Européenne.

Au rang des préoccupations exprimées par ces partis de l’opposition, les conditions d’organisation de l’élection présidentielle (avant, pendant et après le scrutin), la question relative aux personnes arrêtées lors des manifestations et toujours détenues dans les prisons, et les mesures prises ces derniers jours par le gouvernement togolais concernant les communes du Grand Lomé à savoir le décret portant attributions et fonctionnement du district autonome du grand Lomé.

Selon ce décret, le District Autonome du Grand Lomé se présente comme une collectivité territoriale particulière dotée de la personnalité morale et de l’autonomie financière créée en vue d’exécuter des actions propres à la capitale dont certains volets d’aménagement, d’entretien et de fonctionnalité vont au-delà des compétences des communes.

« Cette démarche de la Coalition fait suite à l’appel qu’elle a lancé à la communauté internationale, lors de sa conférence de presse du 3 octobre 2019, ‘’afin qu’à l’instar des efforts des Nations Unies pour défendre la liberté de manifester, elle soutienne la volonté des togolais d’avoir droit à des élections équitables, libres et transparentes’’ », indique un communiqué de la C14 publié à l’issue de la rencontre.

La volonté de ce regroupement de partis de l’opposition est que le Groupe des 5 s’implique à travers un rôle de facilitateur, pour « aider le Togo à sortir de la longue crise qui hypothèque le développement de notre pays et ainsi, mettre fin aux souffrances des populations togolaises en quête légitime de démocratie et de bien-être ».

La Rédaction