Pour une meilleure productivité cotonnière : la FNGPC au contact des producteurs...

Pour une meilleure productivité cotonnière : la FNGPC au contact des producteurs à la base

SHARE
Une photo de famille des participants
image_pdfimage_print

Déterminés à atteindre l’objectif principal de la filière cotonnière à l’horizon 2022, les producteurs de coton ne baissent pas les bras. La plateforme nationale des cotonculteurs, la Fédération Nationale des Groupements de Producteurs de Coton (FNGPC COOP CA) multiplie des initiatives à cet effet. Le Président de cette puissante organisation est actuellement en tournée nationale sur toute l’étendue du territoire national.

Cette tournée vise à attirer attentiondes producteurs sur les enjeux et les défis à relever par le réseau des sociétés coopératives des producteurs de coton afin d’atteindre les objectifs de la Stratégie Nationale de Développement de la Filière Cotonnière et du Plan National de Développement (PND). Il s’agit en outre de de permettre à l’équipe récemment élue de se faire connaître par toutes les entités affiliées à la FNGPC COOP-CA ainsi que par les producteurs de coton à la base.

« Le nouveau bureau installé depuis le 27 Juin 2019 à Dapaong et que j’ai l’honneur de diriger a jugé utile de passer échanger directement avec vous, car vous êtes très important dans le schéma de l’économie nationale et plus encore dans la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND », souligne le Président Kouroufei dans toutes les préfectures que sa délégation traverse. Il entend dores et déjà mettre en pratique certaines mesures concrètes pour mieux valoriser les contonculteurs et valoriser la culture du coton. Ainsi, une prime de 5F CFA sera octroyée au GPC/SCOOPS qui auront produit une tonne en moyenne par hectare dans les GPC. Les délégués de zone de chaque SCOOP recensée auront droit à de 3000F. Dans cette logique, le Président de la FNGPC COOP-CA exhorte tous les producteurs à déclarer les vrais hectares et à consommer les intrants qui correspondent à leurs besoins réels.

Les producteurs sont d’ailleurs priés de procéder au stockage du coton graine sous des hangars ou à l’abri pour minimiser les pertes post récoltes ; ils sont également sensibilisés lors de cette tournée à l’utilisation des récolteuses pour réduire les pertes liées à la récolte manuelle et procéder à la récolte échelonnée.

Dans son plan d’action, M. KouroufeiKoussouwè compte travailler de concert avec les partenaires techniques et financiers pour non seulement atteindre les meilleurs résultats en termes de productivité mais aussi et surtout contribuer à la sauvegarde de l’environnement. « Dans les années à venir, nous allons œuvrer en collaboration avec les partenaires techniques pour accélérer la diffusion des plantes améliorantes de la fertilité du sol pour lutter contre le changement climatique » déclare –t-il.En ce qui concerne les engrais vivriers, la Fédération des producteurs de coton va travailler en étroite collaboration avec le MIFA en vue de livrer les engrais en temps réel aux producteurs.

La promotion du leadership féminin dans le réseau des sociétés coopératives est également au rendez-vous dans le déroulement du plan d’action de la nouvelle équipe conduite par M. Kouroufei. Il compte ainsi mettre l’accent sur l’autonomisation des femmes à travers la culture cotonnière, précisément, la facilitation de leur accès aux moyens de production comme la terre, les crédits, les équipements appropriés ainsi que le renforcement des compétences et des capacités.

Soulignons que la Fédération Nationale des Groupements de Producteurs de Coton est créée le 21 octobre 2005 et compte aujourd’hui 153 460 producteurs dont 14 506 productrices.

La Rédaction