PPAAO-Togo : un bilan à la hauteur des attentes

PPAAO-Togo : un bilan à la hauteur des attentes

SHARE
image_pdfimage_print

L’une des composantes du Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA) du Togo est le Projet de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO-Togo). Après  pratiquement neuf (09) années de mise en œuvre, ce projet a permis au pays d’accomplir des actions en faveur des producteurs agricoles et à ce jour, c’est un bilan salutaire que dresssent les acteurs.

De façon globale, beaucoup de producteurs ont été touchés dans l’exécution de la phase initiale et de la phase additionnelle du PPAAO-Togo. 613.610 Togolais dont 250.199 femmes (40,8 %) ont été touchés selon les statistiques. Aujourd’hui, 101.302 bénéficiaires emploient les technologies agricoles.

Mis en marche le 15 décembre 2011, le PPAAO-Togo a en effet pris en compte les préoccupations soulevées dans le sous-programme 04 du PNIASA qui s’occupe de la recherche et de la vulgarisation.

Le projet a reçu un premier financement d’environ 07 milliards de francs CFA de la Banque mondiale et de 2,5 milliards pour la contrepartie de l’Etat togolais. Après la phase initiale, le projet a bénéficié d’un financement additionnel de plus de 07 milliards de F CFA pour le compte de la période 2017-2019.

Beaucoup de domaines ont été touchés dans la mise en œuvre du projet notamment le transfert et la diffusion de technologies, le développement du système semencier viable, la génération et l’adaptation des technologies, le renforcement de capacités et la coopération régionale.

Le projet a en outre permis au Togo de se mettre en conformité avec les règlements communautaires sur les semences, les pesticides et les engrais.

Au niveau de la filière semencière, le il a facilité l’accès des producteurs à plus de 3521 tonnes de semences certifiées de maïs, riz, soja, riz hybride, fonio entre autres. Près de 422.971 producteurs et transformateurs ont été touchés.

Par ailleurs, le PPAAO a également joué un rôle déterminant dans la mécanisation de l’agriculture togolaise en introduisant des machines agricoles comme des extracteurs, décortiqueuses, des mini moissonneuses-batteuses.

Cris DADA