Prévention des pires formes de travail chez les enfants : Un plan...

Prévention des pires formes de travail chez les enfants : Un plan d’action et un document disséminés à Atakpamé

SHARE
Une image de la rencontre
image_pdfimage_print

La Commission Nationale d’Accueil et de Réinsertion Sociale des Enfants Victimes de traite (CNARSEVT) et les membres du comité directeur national de lutte contre le travail des enfants ont organisé ce vendredi 23 Juillet à d’Atakpamé, une rencontre de partage et d’échange sur l’arrêté numéro 1556 du ministère de la fonction publique, du travail, de la réforme administrative et de la protection sociale (MFPTRAPS).

C’est Mme Ottou Ametohe Abla, conseillère municipale, représentant le maire de la commune Ogou 1 qui a ouvert les  travaux de cette assise qui s’inscrit dans le cadre d’une tournée nationale.

La rencontre a permis de vulgariser et de sensibiliser les acteurs impliqués dans la protection des enfants vulnérables sur ledit arrêté du 22 mai 2020 déterminant les travaux dangereux interdits aux enfants en lien avec la protection des enfants contre les pires formes du travail des enfants notamment en cette période de Covid-19.

Au Togo, le nombre d’enfants économiquement occupés est estimé à 48,5 % âgés de 5 à 17 ans dont 32,9 % de ces enfants sont exposés à des travaux dangereux. Ces enfants sont non seulement des domestiques et travaillent dans des ateliers d’apprentissage, plantations, commerce des biens et services de l’économie informelle mais aussi, nombreux d’entre eux subissent la traite, l’esclavage, la prostitution, la vente de drogue ou des stupéfiants entre autres.

Autant de circonstances qui portent entorse à la survie et au développement harmonieux de l’enfant. Dans le but de contribuer à l’élimination de ces supplices chez les enfants, la CNARSEVT et d’autres partenaires accompagnent le gouvernement depuis des années pour le renforcement du système national intégré de protection de l’enfant au Togo, entre autres un plan d’action validé de même qu’un arrêté déterminant les travaux dangereux interdits aux enfants est pris récemment.

Suite à la capitalisation dudit projet , les participants ont planché sur les droits les plus élémentaires des enfants qui leur sont généralement privés au profit des situations de risques et de violations de droits, y compris les violences, les abus, l’exploitation, la discrimination et l’abandon.

Des communications sur les enjeux mondiaux, le nouveau plan dudit arrêté et ainsi qu’un exposé sur la situation en lien avec le covid-19 étaient au cœur des débats sous la conduite respective du chef de la cellule nationale de lutte contre le travail des enfants, M. Akakpo Laoutema, la directrice des normes et des relations internationales représentant le président du comité directeur national de lutte contre le travail des enfants , Mme Galley Agbessi Kodak Marcelline et le directeur régional de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation (région des plateaux) M. Ahe Kokouvi Dodji.

Pour M. Todom Kenao M. Esso, président du comité directeur régional de lutte contre le travail des enfants, la dissémination de cet instrument en lien avec les activités de sensibilisation en vue de la prévention de ce fléau en ce temps de crise sanitaire balisera le chemin vers la concrétisation de la résolution des Nations-Unies proclamant l’année 2021, année internationale de l’élimination du travail des enfants de même que l’atteinte de la cible 8,7 des objectifs de Développement Durable, décliné au Togo dans le PND 2018-2022 en son axe 3.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo