La CENI à la recherche des OPS pour une révision des listes...

La CENI à la recherche des OPS pour une révision des listes électorales

SHARE
Siège de la CENI à Lomé
Siège de la CENI à Lomé
image_pdfimage_print

Dans la perspective des élections locales prévues dans les prochains mois, le Togo envisage d’organiser une nouvelle révision des listes électorales. En sa qualité d’Institution chargée de l’organisation et de la supervision des élections, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) s’active déjà à conduire cette opération qui permettra aux personnes en âge de voter et qui ne disposent pas encore de leur carte d’électeur, de pouvoir se faire enregistrer pour accomplir leur devoir civique.

La CENI a lancé cette semaine, un appel aux opérateurs de saisie ayant participé à l’opération de recensement électoral en 2018, pour confirmer leur disponibilité à travailler avec la CENI au cours de la prochaine révision des listes électorales.

Selon le Ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales Payadowa Boukpessi, cette décision d’organiser une révision des listes électorales fait suite au compte rendu de l’évolution du processus à l’autorité suprême, et suite à la demande formulée par la délégation de la coalition des partis politiques de l’opposition qui a été reçue par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, le 20 mars dernier.

Dans une interview accordée à nos confrères de Togo Presse, le Ministre Payadowa Boukpessi a en effet indiqué que probablement, cette révision se fera sur une période de trois jours.

« Comme les listes sont récentes, nous supposons qu’il y aura certainement très peu de nouveaux inscrits. La CENI déterminera les modalités pratiques dans ce sens. S’il y a quelques difficultés, on pourra proroger le délai. Dans une certaine mesure, on connaît le potentiel électoral de 2015, on peut déjà, faire des extrapolations pour 2019. Car, si on connaît le chiffre de 2019 et combien ont été déjà enregistrés en 2018, il suffira de faire la différence », a-t-il expliqué.

Il faut souligner que pour le compte des législatives du 20 décembre 2018, le Togo avait déjà eu à organiser un recensement électoral dans un contexte de crise politique. Cette prochaine révision des listes électorales sera certainement une occasion pour ceux qui viennent d’avoir l’âge de voter (18 ans), de se faire enregistrer de même que ceux qui n’avaient la possibilité de le faire en 2018.

David S.