Protection de l’enfant : Les membres des Cadres de concertation renforcent leurs...

Protection de l’enfant : Les membres des Cadres de concertation renforcent leurs capacités à Atakpamé

SHARE
Photo de famille des participants
image_pdfimage_print

Un séminaire-atelier d’échanges avec des structures étatiques et des ONG sur l’entrée en action des cadres de concertation pour la protection de l’enfance, s’est ouvert ce lundi 27 Juin à Atakpamé.

La rencontre est une initiative de l’ONG Solidarité Active pour le Développement (SAD) en collaboration avec le ministère de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation avec l’appui financier Plan international-Togo.

Elle s’inscrit dans le cadre de « l’appui au fonctionnement des cadres de concertation des acteurs de protection de l’enfant au niveau des préfectures et région ». L’objectif est de contribuer au fonctionnement de six Cadres de concertation des acteurs de la protection de l’enfant (CCAPE) dans la région des plateaux.

C’est le préfet de l’Ogou, Akakpo Edoh qui a ouvert les travaux de cet atelier en présence d’autres personnalités notamment le directeur régional Plan International-Togo (Région des plateaux) Soba Palakeyem, et le directeur régional de l’action sociale des plateaux Ahe Kokouvi Dodji.

Ainsi pendant trois jours, l’équipe chargée de conduire cette formation avec à sa tête le chef de la division de la protection de l’enfant à l’action sociale des plateaux Ekpente Komlan va échanger avec les membres des CCAPE venus des préfectures de l’Ogou, Anié, Haho, Amou et Est-Mono autour de plusieurs thématiques  notamment « les types de violences faites aux enfants », « les instruments juridiques », « situations d’urgences » et « la traite » entre autres.

Le but est de renforcer les capacités de ces acteurs sur la vision des CCAPE, les stratégies à adopter pour l’atteinte des objectifs fixés. Plus encore, il est question de recueillir la contribution des séminaristes pour enrichir et améliorer la protection de l’enfant.

En ouvrant les travaux, le préfet Akakpo a relevé que durant longtemps, des violations des droits des enfants ont été observées au sein des familles, des centres de formation et de prise en charge ainsi que dans les rues. « Fort de ce constat, des efforts ont été faits en vue de lutter contre les violences faites aux enfants », a-t-il indiqué. Il a remercié le gouvernement et le partenaire pour leur soutien qui selon lui, permettra aux participants d’accroître leurs compétences en matière de la protection et la promotion des droits des enfants.

Pour sa part, Ahe Kokouvi Dodji a souligné les raisons qui sous-tendent cette formation et a exhorté les délégués a non seulement tirer meilleur profit de cette session et en faire une application judicieuse, mais également à faire tâche d’huile des enseignements reçus dans leurs localités.

Le directeur régional Plan International-Togo a rassuré de l’engagement de son institution pour l’application des droits de tous les enfants en vue de créer un environnement plus protecteur pour eux, leur garantissant une vie pleine, décente et digne à travers une éducation scolaire de base, l’absence de violences physiques et sexuelles.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo