Recherche et innovation : Les données de la cartographie des acteurs et...

Recherche et innovation : Les données de la cartographie des acteurs et des besoins présentés à Atakpamé

SHARE
image_pdfimage_print

Un atelier de présentation des résultats de l’étude de la cartographie des acteurs, des résultats et des besoins en recherche et innovation de la plateforme régionale numérique VaRRIWA (Valorisation des résultats de la Recherche et de l’Innovation en Afrique de l’Ouest), a eu lieu ce jeudi 24 novembre à Atakpamé. C’est une étude de terrain d’une durée de quatre mois, réalisée par le cabinet Eagle Africa.

Organisée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche à travers sa direction de la recherche scientifique et technique avec l’appui de l’Union Européenne, cette rencontre a regroupé des chercheurs et des innovateurs des secteurs publics et privés, de la société civile et des organisations paysannes ainsi que des partenaires.

Elle a permis non seulement de partager les résultats de l’étude de la cartographie des acteurs, des résultats des besoins et des offres en matière de recherche et innovation mais aussi de diffuser auprès des acteurs, la plateforme régionale numérique VaRRIWA afin de susciter des échanges sur la situation de la recherche et de l’innovation et les leviers à activer en vue de renforcer la contribution de la recherche au développement du pays et de la région ouest-africaine.

Dans l’exposé qu’elle a présenté, la cheffe projet VaRRIWA Dr. Akouete Ayaba Edwige a montré l’importance de porter à la connaissance des cibles, l’existence d’un référentiel sur les besoins et l’offre de la recherche et de l’innovation des acteurs économiques et de la société civile ainsi que la disponibilité d’une plateforme régionale numérique pour renforcer les liens entre ces acteurs. « C’est une des activités du projet », a-t-elle rappelé.

Pour elle, ce projet vise une large vulgarisation des politiques et stratégies nationales en mettant l’accent sur la valorisation des résultats de la recherche et de l’innovation. Contribuer également à la création d’un environnement incitatif au transfert de technologie et à l’innovation durable dans les pays ciblés notamment Togo, Bénin, le Burkina-Faso et le Sénégal, a-t-elle ajouté.

Mme Sena Akouessi, représentante du préfet de l’Ogou a souligné que ce projet vient renforcer l’inclusion et l’harmonie sociale et garantir la paix. Il vient à point nommé pour repenser le développement technologique en tant qu’élément incontournable du développement global du pays

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo