Relance économique post Covid-19 : Les parlementaires jouent leur partition

Relance économique post Covid-19 : Les parlementaires jouent leur partition

SHARE
Photo de famille
image_pdfimage_print

Les questions relatives au rôle des parlements dans les mécanismes de relance économique post covid-19 sont au centre de la 8ème conférence de l’Association des commissions des finances des parlements des pays de l’Afrique de l’Ouest (WAAPAC- West Africa Association of Public Accounts Committees) qui se tient toute cette semaine à Lomé.

La thématique vise à doter les parlementaires des instruments efficaces et efficients afin de saisir les véritables enjeux et les opportunités liés à la crise de la covid-19 pour une relance économique post covid-19.

C’est le quatrième vice-président de l’Assemblée nationale Pacôme Amenyo Adjourouvi qui a ouvert les travaux en présence des députés, des représentants du gouvernement, des représentants d’institutions financières internationales et des délégations venues de tous les parlements membres de l’Association et des administrateurs parlementaires.

Au cours des cinq jours de travaux, les députés seront informés et formés par des experts sur une kyrielle de thématiques notamment le rôle des parlements dans les systèmes nationaux d’évaluation, les effets, défis et opportunités liés à la crise de la covid-19, le débat d’orientation budgétaire et le vote parlementaire en période de crise, les enjeux de la mobilisation des ressources.

Le député togolais Mawussi Djossou, Sémodji (président en exercice de la WAAPAC) a indiqué que ce thème accrocheur témoigne de la volonté des représentants du peuple de contribuer à asseoir une économie résiliente, durable et inclusive.

« Il est donc impérieux de soutenir ces genres de rencontres des élus du peuple visant à renforcer leurs capacités en matière de contrôle de l’action gouvernementale et à la consolidation des systèmes de résilience socioéconomique de nos pays. De toute évidence, les Assemblées parlementaires sont appelées à apporter leur contribution au renforcement de la stabilité des cadres macroéconomiques. En effet, la mise en œuvre réussie des plans de relance requiert le soutien indéfectible des Représentations nationales comme nous l’avons fait s’agissant des plans de ripostes à la COVID 19 », a-t-il fat savoir.

Mawussi Djossou, Sémodji a par ailleurs souligné qu’en dehors des actions à mener pour faire adhérer d’autres pays à l’association, il va falloir trouver des partenaires financiers pour la redynamiser. Il a lancé un solennel à tous les parlements des pays membres de la CEDEAO pour que chacun s’acquitte à temps de ses contributions pour le fonctionnement effectif et dynamique de l’Association.

Il faut souligner que c’est depuis 2015 que le Togo assume la présidence de la WAAPAC, organisation créée le 26 janvier 2009 à Accra au Ghana où elle a son siège, à l’initiative de la Sierra-Léone, du Nigéria, du Libéria et bien sûr du Ghana.

La Rédaction