« Relever les défis liés à la cybercriminalité »

« Relever les défis liés à la cybercriminalité »

SHARE
Sommet africain sur la Cybersécurité à Lomé
image_pdfimage_print

Le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé a ouvert ce mercredi à Lomé, les travaux du premier sommet africain sur la Cybersécurité avec pour principal objectif, identifier des pistes et moyens pour sécuriser une économie de plus en plus digitalisée.

Prévu pour durer deux jours, ce sommet est organisé par le Togo en collaboration avec la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).

« Nous sommes réunis ici afin de mener ensemble des réflexions sur les moyens de relever les défis liés à la cybercriminalité », a en effet indiqué Faure Gnassingbé dans son intervention.

« Il s’agit de développer des synergies pour combattre la criminalité dans la transition numérique, une révolution de notre époque qui ouvre des perspectives remarquables à l’humanité », a-t-il ajouté, précisant la nécessité pour les pays africains d’établir des cadres juridiques pour réglementer l’utilisation du cyberespace et réprimer les cybercrimes et activités connexes.

Parvenir à tirer le meilleur profit de la révolution numérique actuelle et mobiliser dans le même temps toutes les énergies et toutes les ressources nécessaires pour endiguer durablement la cybercriminalité sous toutes ses formes et manifestations : tel est le double enjeu du sommet de Lomé auquel prennent part plus de 500 participants venus du continent et d’ailleurs.

Ce premier jour des travaux a été marqué par une reconnaissance à Faure Gnassingbé distingué « champion d’Afrique de la cybersécurité », l’adoption d’une déclaration dite de Lomé sur la  cybersécurité et la lutte contre la cybercriminalité, document présentée par Mme Cina Lawson, ministre togolais de l’économie numérique et de la transformation digitale, et l’animation de divers panels.

Faure Gnassingbé distingué « champion d’Afrique de la cybersécurité »

La secrétaire exécutive de la CEA Mme Vera SONGWE s’est félicitée du leadership du Togo en matière de lutte contre les cybermenaces sur le continent. « La cybersécurité est essentielle à la réussite de l’autoroute de l’information numérique », a-t-elle estimé tout en  soulignant la nécessité pour chaque nation africaine de créer son propre programme national de cybersécurité, et de ratifier la Convention de l’Union Africaine (UA) sur la cybersécurité et la protection des données à caractère personnel, adoptée à Malabo en Guinée Equatoriale le 27 juin 2014.

Le dialogue de haut niveau engagé à Lomé devra permettre de formuler des pistes de coopération et de coordination pour répondre aux enjeux pressants de cybersécurité sur le continent. L’idée, c’est aussi de « faire de la cybersécurité, une priorité absolue pour les Etats ».

David S.