Filière Karité : Environ 167 millions de F CFA pour renforcer les capacités de production de la société ALAFFIA-Togo

Dans ses activités de production de karité, la société Agbanga Karite Alaffia SARL (Alaffia-Togo) vient de bénéficier d’un financement de 299 000 dollars US soit environ 167 millions de F CFA, fruit d’un partenariat de co-investissement avec le West Africa Trade & Investment Hub de l’Agence américaine pour le développement international (USAID).

Il s’agit d’un partenariat qui vise à sécuriser non seulement l’approvisionnement en amandes de karité et d’autres matières premières, mais aussi la production de beurre de karité pour les États-Unis et sur d’autres marchés.

Le financement du Trade Hub aidera notamment la coopérative Alaffia à obtenir rapidement les amandes de karité supplémentaires afin de répondre à la demande prévue pour 2021 et compenser les coûts accrus qu’elle continue d’encourir en raison des mesures de santé et de sécurité mises en place.

Il permettra par ailleurs de préserver les emplois de 303 personnes travaillant pour Alaffia Togo, et la création de 20 nouveaux postes de transformation du karité pour les femmes et les jeunes. Le financement  devra également fournir un revenu à plus de 6.300 femmes qui collectent des amandes de karité au moment où les revenus des activités du marché local sont de plus en plus précaires.

« Ce partenariat avec le Trade Hub est un renforcement majeur de l’autonomisation économique d’Alaffia au Togo ; il facilite nos initiatives pour le développement durable, la création d’emplois en faveur des femmes et des jeunes et le renforcement de la compétitivité du secteur privé », a indiqué le fondateur d’Alaffia, Olowo-n’djo Tchala.

« Le Trade Hub est ravi d’accompagner Alaffia pour créer des emplois, autonomiser les femmes, réduire les coûts d’exploitation et améliorer la durabilité de leurs activités. Nous voyons un grand potentiel dans cette collaboration », a pour sa part souligné Michael Clements, Directeur du Projet du Trade Hub.

Ce partenariat aura en outre la capacité d’accroître les échanges entre le Togo et les États-Unis d’autant plus que grâce à l’approvisionnement à l’avance et l’appui du Trade Hub, le beurre de karité et les savons seront exportés comme matières premières aux États-Unis d’ici février 2022 pour une valeur de 2 millions de dollars.

Il faut souligner qu’Agbanga Karite Alaffia SARL (Alaffia Togo) est une coopérative de beurre de karité certifié. Elle œuvre depuis 17 ans auprès des communautés rurales dans les régions centrales et la savane du Togo, en participant à la création d’emplois pour les femmes et les jeunes, et au développement des compétences dans la transformation du karité.

Selon les statistiques, la filiale Alaffia Togo transforme habituellement 40 à 70 tonnes métriques d’amandes de karité par mois pour fournir à Alaffia USA le karité nécessaire à la fabrication des produits d’hygiène corporelle et capillaire.

C’est donc une bonne nouvelle pour la société Alaffia dont les activités ont été fortement impactées par la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19.

David Soklou




Atakpamé : les acteurs des filières Karité, Anacarde et Soja à l’école des bonnes pratiques de transformation

Les acteurs des filières anacarde, Karité et Soja prennent part depuis jeudi à Atakpamé, à un atelier de sensibilisation et de formation sur « les bonnes pratiques de production, d’hygiène et de sécurité sanitaire ISO 22000/HACCP ».

C’est une initiative du Ministère du commerce, de l’industrie et de la consommation locale à travers son Secrétariat de mise en œuvre du cadre intégré renforcé (SMOCIR).

Cette rencontre qui entre dans le cadre du « Projet de durabilité et de renforcement des capacités commerciales de l’anacarde et du Karité » (PRODAK), vise à accompagner une quarantaine de bénéficiaires à se familiariser avec la norme ISO 22000/HACCP, à être mieux outillés sur l’éthique, les normes de qualité et les bonnes pratiques de transformation.

La chef projet PRODAK, M. Tchepan Tékentou et ses collaborateurs saisissent cette occasion pour entretenir les participants sur les techniques modernes de conditionnement et de stockage des produits agro-alimentaires et la Gestion des emballages entre autres.

Cette formation va permettre aux séminaristes d’être davantage compétitifs et d’améliorer ainsi leurs chiffres d’affaires, a indiqué Jules Amenkey (responsable suivi-évaluation).

Les travaux de l’atelier ont été ouverts par le Préfet de l’Ogou, M. Akakpo Edoh.

Depuis Atakpamé, Evrard NOMANYO




Agriculture : appui-conseil aux acteurs des filières anacarde, karité et soja

Les acteurs des filières anacarde, karité et soja du Togo bénéficient depuis lundi de sessions de renforcement de capacités autour de la thématique liée à l’entrepreneuriat agricole, la promotion des chaînes de valeurs et le développement des filières ciblées.

Les travaux devront permettre de sensibiliser, former et fournir un appui-conseil en matière d’entrepreneuriat agricole aux acteurs des différents maillons.

L’étape de Kara les 7 et 8 septembre (pour les acteurs des régions savanes, Kara et centrale) sera suivie de celle d’Atakpamé les 10 et 11 septembre (pour les acteurs des régions plateaux et maritime).

Initiés par le Ministère du commerce, de l’industrie, du développement du secteur privé et de la promotion de la consommation locale, en collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCI-Togo), ces ateliers s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du programme Cadre intégré renforcé (CIR) au Togo.

Pour rappel, le Cadre Intégré Renforcé, est un programme de développement du commerce en faveur des Pays Moins Avancés (PMA).

Le CIR a pour objectif d’améliorer les capacités des pays fragiles à formuler, à négocier et à mettre en œuvre des politiques commerciales en adéquation avec le système commercial multilatéral afin d’être plus compétitifs sur les marchés et de saisir les opportunités qu’offre le marché international.

La Rédaction




Gros plan sur la filière karité au Togo

Classé dans le top 10 des grands pays producteur du karité en Afrique, le Togo dispose en effet d’un fort potentiel de karité dans sa région septentrionale et compte  plusieurs milliers de femmes qui vivent des activités liées au karité.

Au Togo, la filière karité occupe désormais la majorité des femmes rurales dans la partie centrale et septentrionale du pays, et demeure par ailleurs une importante source de revenus et d’emplois en milieu rural à travers la production et la commercialisation du beurre de karité ainsi que ses produits dérivés.

Ces dernières années, ces femmes ont bénéficié des appuis multiformes de la Société Togolaise du Karité (STK), de la filière karité du Togo (FIKATO) et du Programme d’Appui aux Populations Vulnérables (PAPV).

Depuis le 11 octobre 2019, la filière karité au Togo s’est dotée pour la première fois d’une faitière nationale, la Fédération Inclusive du Karité du Togo (Coopérative avec Conseil d’Administration), FIKATO COOP CA présidée par Mme Elisabeth Essodolom PALI-TCHALLA avec l’accompagnement des ministères en charge de l’agriculture et du commerce.

La mise en place de cette fédération nationale des acteurs du karité est l’aboutissement d’un processus de réorganisation des acteurs du secteur depuis  plus de deux ans d’abord en coopératives, puis en unions régionales et en faitières nationales selon les directives de la loi OHADA relatives aux sociétés coopératives.

Il faut souligner qu’à l’échelle mondiale, le secteur du karité connait également un dynamisme et de la vitalité. Pour preuve, selon une étude indépendante de LMC International, une firme internationale de consultants en agroalimentaire commanditée par l’Alliance globale de karité et l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), les exportations de karité sont passées de 50.000 tonnes à plus de 350.000 tonnes par an au cours des 20 dernières années.

David S.




Environ 2 milliards de F CFA pour renforcer la filière karité

3,6 millions de dollars, soit environ 2 milliards de F CFA, c’est l’enveloppe financière qui servira à accompagner la filière karité au Togo et dans trois autres pays de la sous région notamment le Bénin, le Burkina Faso et le Mali.

Cet accompagnement financier rentre dans le cadre du Programme régional d’appui au développement commercial inclusif de la filière Karité (PRADCIFK) lancé par l’Alliance mondiale pour le karité, et financé par le Cadre intégré renforcé (CIR).

Les fonds devront servir selon les informations, à faciliter les expéditions d’amande de karité et favoriser par la même occasion l’accès des PME (Petites et moyennes entreprises) aux marchés internationaux, pour doper les recettes.

Dans cette dynamique, le PRADCIFK entend augmenter le commerce annuel de karité de 28.880 tonnes. Il est en outre envisagé un renforcement des capacités de plus de 30.000 femmes ramasseuses et transformatrices, et venir par ailleurs en appui à environ 2200 Petites et moyennes entreprises (PME).

Classé dans le top 10 des grands pays producteur du karité en Afrique, le Togo dispose en effet d’un fort potentiel de karité dans sa région septentrionale et compte  plusieurs milliers de femmes qui vivent des activités liées au karité. Le secteur est soutenu dans le pays par Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) piloté par le Ministère de l’agriculture.

Cris DADA




Togo : Lancement officiel de la 13ème Conférence internationale annuelle du karité

Le Gouvernement Togolais, l’Alliance Globale du Karité (AGK) et la Filière Karité du Togo (FIKATO) ont procédé ce jeudi 30 Janvier 2020 au lancement de la 13ème Conférence Internationale annuelle du karité à Kara à plus de 450 km au Nord de Lomé.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence de plus de 300 femmes actrices dans la filière karité au Togo. La 13ème Conférence Internationale annuelle du karité se tiendra du 06 au 08 Avril 2020 à Lomé autour du thème : Karité 2020, créer l’industrie de demain. Plus de 500 parties prenantes de plus de 35 pays sont attendues dans la capitale togolaise pour ce rendez-vous historique pour le Togo qui s’honore de l’accueillir pour la première fois.

« Il est important d’œuvrer ensemble afin que les acteurs primaires de cette chaine, qui sont dans notre pays des milliers de femmes en majorité, puissent sortir de la pauvreté et gagner leur autonomisation. Aussi, me semble-t-il urgent   de relever le défi de la gestion durable des arbres à karité qui poussent à l’état sauvage et qui sont souvent abattus par des exploitants illicites » a souligné Elisabeth Essodolom PALI-TCHALLA, la présidente de la Filière Karité du Togo (FIKATO).

Alors que l’industrie du karité investit massivement dans l’expansion de l’offre et la transformation pour répondre à la demande sans cesse croissante, cette conférence explorera les interventions de groupements de femmes, d’ONG, de fournisseurs, de marques et d’insti­tutions gouvernementales qui créent une solution holistique aux nouveaux défis et façonnent la prochaine décennie de l’industrie.

De son côté, le Directeur Exécutif de l’Alliance Globale du karité, Aaron ADU, a insisté sur la nécessité d’une « parfaite collaboration entre les gouvernements et le secteur privé notamment les industriels pour établir des politiques favorisant le développement durable ».Les discussions lors de cette conférence s’articuleront autour des sujets comme l’approvisionnement, l’optimisation des revenus au niveau local ou encore la réglementation au service du développement de l’industrie du karité.

La 13ème Conférence internationale Annuelle du Karité intervient au Togo dans un contexte de mise en œuvre du Plan Nationale de Développement 2018-2022 et qui vise notamment à travers son axe2 le développement des pôles de transformation agricoles à travers tout le pays a souligné le préfet de la Kozah dans son discours d’ouverture.

Conférence de Lomé facilitera les rencontres interentreprises entre les intervenants de l’industrie du karité au cours des rencontres B to B. La formation des PME/ PMI, des visites de terrain et d’autres attractions spéciales sont inscrites dans l’agenda de cette conférence.

Gaëtan K.




Togo : Elisabeth Essodolom PALI-TCHALLA, présidente de l’interprofession du karité

C’est un véritable plébiscite de tous les acteurs de la filière karité au Togo. Elisabeth Essodolom PALI-TCHALLA prend les commandes de l’interprofession dudit secteur. Celle qui était jusqu’ici présidente de la faitière nationale des producteurs de karité coiffe désormais la grande famille de tous les maillons réunis. L’élection de la présidente de la FIKATO à la tête de l’interprofession est intervenue à l’issue d’une Assemblée Générale constitutive qui s’est tenue du 27 au 28 Novembre 2019 à Kara.

Elue pour un mandat de trois ans, la nouvelle présidente de l’interprofession du karité au Togo a la confiance des producteurs, des acheteurs locaux, des transformateurs et des exportateurs du karité au Togo. Le choix de Madame Elisabeth Essodolom PALI-TCHALLA n’est pas une surprise. Celle que certains appellent affectueusement « maman karité » est connue pour ses efforts entrepris depuis 2016 pour réorganiser et redynamiser la filière karité au Togo.  On lui reconnait notamment les sacrifices consentis pour amener les acteurs du karité à se regrouper en coopératives, en unions régionales et en faitières nationales selon les directives de la loi OHADA relatives aux sociétés coopératives.

« Je voudrais remercier tous les acteurs de la filière karité pour la confiance placée en ma modeste personne pour conduire notre grande famille. L’attention portée par les plus hautes autorités du pays à notre  filière  nous interpelle chacun à son niveau à jouer pleinement sa partition pour notre développement économique  impulsé par le chef de l’Etat, son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé à travers le plan national de Développement 2018-2022» a déclaré la nouvelle présidente de l’interprofession de la filière karité au Togo.

Femme d’affaires, grande défenseure des causes humanitaire, Elisabeth Essodolom PALI-TCHALLA se dit surtout déterminer à œuvrer sans relâche à travers la filière karité, pour permettre à des milliers de femmes actrices du secteur,  de gagner le pari de leur autonomisation.

Depuis quelques année, la native de Lassa dans la préfecture de la kozah défend les couleurs de son pays à l’international notamment au sein de l’Alliance Globale du Karité(AGK).  Avant son élection comme présidente de l’interprofession de la filière karité, elle a déjà obtenu de l’Alliance Globale du Karité le choix du Togo pour abriter en Avril 2020 la 13ème Conférence internationale annuelle du karité.

Gaëtan K.