1

Francophonie : Le numérique au cœur du sommet de Djerba en présence de Faure Gnassingbé

« Connectivité dans la diversité : le numérique, vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone » : c’est la thématique au centre de la 18ème Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Francophonie qui s’est ouvert ce samedi 19  novembre à Djerba en Tunisie en présence du chef de l’État togolais Faure Gnassingbé .

Plusieurs autres dirigeants des pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie prennent part  ce sommet qui permettra de décider des stratégies pour mettre en évidence l’importance du numérique adapté aux programmes de développement dans un contexte mondial marqué par des enjeux économiques majeurs.

Pour les pays membres de l’OIF, cette rencontre sera également l’occasion de raffermir les liens de partenariats autour de la charte de la Francophonie dans un espace numérique fondé sur des valeurs de diversité, d’inclusion, de démocratie, de respect des droits humains.

Ce sommet vient à point nommé pour le Togo où le numérique est en phase avec l’ambitieux programme Togo digital 2025 de la Feuille de route gouvernementale 2020-2025.

Le discours d’ouverture a été prononcé par Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de l’organisation en présence du Président tunisien Kaid Saied et du Président français Emmanuel Macron. Les travaux prennent fin ce 20 novembre.

Le sommet de Djerba sera couplé de la célébration du cinquantenaire de l’Agence de coopération culturelle et technique et du Forum économique francophone.

Photo de famille

Il  faut souligner que le Togo et l’Organisation internationale de la francophonie entretiennent d’excellentes relations de coopération. Le pays est le premier pays à accueillir la toute première représentation de l’organisation, Lomé abrite en effet depuis 1982, le Bureau régional pour l’Afrique de l’ouest (BRAO).

Par ailleurs, l’OIF appuie le Togo dans la réalisation de plusieurs projets dans différents domaines notamment l’éducation, la culture, la formation professionnelle, l’entrepreneuriat, la décentralisation et la promotion de la jeunesse.

Pour rappel, ce sommet avait subi deux reports consécutifs, le premier en 2020 en raison de la crise sanitaire et le second en 2021 à cause des manifestations en Tunisie contre le durcissement du pouvoir du président Kaïs Saied.

David S.




Togo : L’Assemblée nationale actualise le cadre législatif et institutionnel du numérique

Les projets de redéfinition du cadre législatif et institutionnel du secteur du numérique au Togo reçoivent le « feu vert » de l’Assemblée nationale. Les députés ont en  effet adopté ce jeudi 16 juin, deux (2) projets de loi portant respectivement sur la modification de la loi sur la cybersécurité et la lutte contre la criminalité, et sur l’identification biométrique des personnes physiques.

Les textes ont été adoptés au cours de la dixième séance plénière de la première session ordinaire de l’année 2022, une session présidée par la présidente de l’Assemblée nationale  Yawa Djigbodi Tsègan, en présence de Cina Lawson, ministre de l’économie numérique et de la transformation digitale et du ministre Christian Trimua des droits de l’homme, de la formation à la citoyenneté et des relations avec les institutions de la République.

Le présent projet de loi portant modification de la loi n° 2018-026 du 7 décembre 2018 sur la cybersécurité et la lutte contre la cybercriminalité intervient au regard de l’émergence de nouvelles formes de menaces des cyberattaques, devenues courantes dans les systèmes informatiques et informationnels imposent la révision du cadre législatif en vue de le rendre plus actuel.

Vue partielle des députés

Le nouveau texte adopté par les élus du peuple clarifie les compétences de l’Agence nationale de la cybersécurité (ANCy) quant à la qualification des outils et acteurs de la cybersécurité, la définition et  la mise en œuvre de la politique et des orientations stratégiques en matière de cybersécurité par rapport aux compétences qui incombent à l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) en matière d’accréditation des prestataires de services de confiance.

Le texte précise par ailleurs le rôle de liaison et de collaboration de l’ANCy avec les partenaires étrangers au plan régional.

Le second texte adopté vise également à faire du numérique un vecteur de croissance et de la productivité tant pour le secteur public que pour le secteur privé en lien avec la vision des politiques publiques de faire du Togo à l’horizon 2025.

Ce nouveau instrument juridique renforce notamment l’utilisation du numéro d’identification unique (NIU) et favorise la mise en œuvre du registre social des personnes et des ménages. Il réorganise par ailleurs les missions de l’Agence Nationale d’Identification (ANID) dans le but de lui permettre de collecter les données nécessaires pour la gestion de la base de données du registre social des personnes et des ménages et de participer à la mise en œuvre des programmes d’aide.

La ministre Cina Lawson

La ministre Cina Lawson a dans son intervention salué les efforts de la représentation nationale dans sa dynamique de revalorisation du cadre juridique et institutionnel, base fiable et authentique qui permet au Togo de s’engager sur la voie d’un développement harmonieux et durable.

Pour sa part, la Présidente de l’Assemblée nationale a d’abord relevé que le vote de ce projet s’inscrit dans la mise en œuvre de la feuille de route gouvernementale du Togo à l’horizon 2025, avant d’exprimer ses reconnaissances à l’ensemble des députés pour leur contribution à la redéfinition du cadre législatif et institutionnel du numérique au Togo.

David S.




Marketing digital : Le Groupe CMEDIALINKS & CMEDIAHOST innove avec une formation continue à l’endroit des entrepreneurs

Aider les entrepreneurs, les particuliers, les artisans, les personnalités, les blogueurs et les passionnés du numérique à former un ensemble homogène et créatif avec leurs cibles, tel est le leitmotiv du Groupe CMEDIALINKS & CMEDIAHOST qui a initié depuis trois mois une série de formations permettant d’apprivoiser aisément internet et les outils de communication ainsi que sa visibilité digitale.

Avec l’innovation comme facteur de performance, le groupe entend mettre à la disposition de ses clients des outils clé en main qui leur permettront de gagner aussi bien en notoriété qu’en visibilité et de se distinguer sur internet ; car bien vrai que le digital est au cœur et au centre du monde nombreuses sont ces personnes, entreprises qui ne savent pas concrètement utiliser ces canaux à bon escient dans le digital.

Créé depuis plus de 10 ans par une équipe de jeunes experts en informatique et en marketing digital, le Groupe CMEDIALINKS & CMEDIAHOST a déjà à son actif plus d’une centaine de références. Leur particularité se fonde sur la mise en place d’une infrastructure digitale propre au client dans un format personnel et selon votre budget.

Plus qu’un accompagnement c’est plus un assemblage de techniques clés qui permet d’être votre propre administrateur web, puisque c’est ce que vous faites sans le savoir avec votre smartphone, de se passer des services d’un webmaster à temps plein et de gagner en liquidité.

Après toutes ces expériences acquises au fil des ans, le Groupe travaille à l’extension de son réseau en Afrique.  Que ce soit au Togo, au Bénin ou en Côte d’Ivoire, cette équipe de professionnels du web, œuvrent en réseaux pour permettre aux entreprises de se doter d’une identité digitale unique qui parlent pour elles telle une vitrine. Des sites personnels aux sites professionnels, ils ont acquis au fil du temps l’expérience ainsi que la confiance de clients dans divers domaines qui peuvent compter sur leurs compétences, leur capacité et leur maitrise de technologies adéquates pour assurer le fonctionnement idéal d’infrastructures numériques 24 heures sur 24.

Selon les promoteurs de cette initiative, l’information transmise par voie électronique est présente partout. Que ce soit au travail, sur les lieux d’apprentissage, de formation ou dans la recherche, même dans les loisirs et à domicile « nous avons toujours recours aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) pour échanger et pour stocker des données ». Bien plus encore, la course à l’attention est devenue une réalité dans tous les secteurs avec un marché plus concurrentiel ; une réalité qui, aujourd’hui, ne peut se construire sans le numérique.

Oxymore TA




Togo : Dr Victor AGBEGNENOU présente « RETICE », une innovation pour réduire la fracture numérique dans le domaine de l’enseignement

La solution « RETICE », une innovation pour réduire la fracture numérique dans le domaine de l’enseignement a été présentée mardi soir à Lomé par son inventeur,  le Togolais de la diaspora Dr Victor Kossikouma AGBEGNENOU.

Scientifique concepteur-inventeur, théoricien et praticien transversal des sciences, Dr Victor Kossikouma AGBEGNENOU était en effet l’invité du 15è numéro du Club Diplomatique de Lomé (CDL) tenu en présence du Ministre des affaires étrangères, de l’intégration régionale et des Togolais de l’extérieur, Prof. Robert DUSSEY qui avait à ses côtés, son collègue des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, Prof. Dodzi KOKOROKO.

Dans la présentation de son invention décrit comme un « cartable numérique », l’orateur a indiqué qu’il s’agit d’un système connecté intégrant un serveur local et des terminaux numériques qui apportent une véritable révolution dans le domaine de l’enseignement dans la mesure où il permet, entre autres, aux acteurs du système éducatif, de disposer d’un réseau numérique local permettant de communiquer et de partager des données sans recourir à l’internet.

« Ainsi, pour les universités du Togo, le RETICE apparait comme une solution aux effectifs de plus en plus importants des étudiants dans la mesure où il permettra à l’enseignant de dispenser des cours à des étudiants qui sont à domicile », a précisé Dr Victor Kossikouma AGBEGNENOU qui avait été déjà lauréat du Prix des réussites Diaspora, une initiative du Ministère des affaires étrangères qui célèbre l’excellence togolaise à travers le monde.

Le Ministre Robert DUSSEY et Dodzi KOKOROKO ont tous salué le génie de ce Togolais dont l’invention contribuera selon eux à réduire la fracture numérique dans le domaine de l’enseignement.

Cette technologie suscite également de grands intérêts notamment en cette période de crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau Coronavirus (Covid-19) et où l’enseignement à distance devient plus qu’une nécessité.

Il faut souligner que le RETICE est déjà en cours d’implémention à l’Institut Supérieur d’Administration et de Gestion (ESAG-NDE) et sera opérationnel dans quelques semaines.

David Soklou