1

Francophonie : Le numérique au cœur du sommet de Djerba en présence de Faure Gnassingbé

« Connectivité dans la diversité : le numérique, vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone » : c’est la thématique au centre de la 18ème Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Francophonie qui s’est ouvert ce samedi 19  novembre à Djerba en Tunisie en présence du chef de l’État togolais Faure Gnassingbé .

Plusieurs autres dirigeants des pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie prennent part  ce sommet qui permettra de décider des stratégies pour mettre en évidence l’importance du numérique adapté aux programmes de développement dans un contexte mondial marqué par des enjeux économiques majeurs.

Pour les pays membres de l’OIF, cette rencontre sera également l’occasion de raffermir les liens de partenariats autour de la charte de la Francophonie dans un espace numérique fondé sur des valeurs de diversité, d’inclusion, de démocratie, de respect des droits humains.

Ce sommet vient à point nommé pour le Togo où le numérique est en phase avec l’ambitieux programme Togo digital 2025 de la Feuille de route gouvernementale 2020-2025.

Le discours d’ouverture a été prononcé par Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de l’organisation en présence du Président tunisien Kaid Saied et du Président français Emmanuel Macron. Les travaux prennent fin ce 20 novembre.

Le sommet de Djerba sera couplé de la célébration du cinquantenaire de l’Agence de coopération culturelle et technique et du Forum économique francophone.

Photo de famille

Il  faut souligner que le Togo et l’Organisation internationale de la francophonie entretiennent d’excellentes relations de coopération. Le pays est le premier pays à accueillir la toute première représentation de l’organisation, Lomé abrite en effet depuis 1982, le Bureau régional pour l’Afrique de l’ouest (BRAO).

Par ailleurs, l’OIF appuie le Togo dans la réalisation de plusieurs projets dans différents domaines notamment l’éducation, la culture, la formation professionnelle, l’entrepreneuriat, la décentralisation et la promotion de la jeunesse.

Pour rappel, ce sommet avait subi deux reports consécutifs, le premier en 2020 en raison de la crise sanitaire et le second en 2021 à cause des manifestations en Tunisie contre le durcissement du pouvoir du président Kaïs Saied.

David S.




Assemblée nationale : Mme Yawa Tsègan a pris part à une réunion de l’OIF et de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie

En sa qualité de membre du bureau de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), la présidente de l’Assemblée nationale Mme Yawa Tsègan a pris part ce 20 janvier par visioconférence, à une réunion organisée par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et l’APF.

La réunion a été présidée par la Secrétaire générale de l’OIF Mme Louise Mushikiwabo. L’objectif est  de redynamiser les relations entre les deux institutions.

Il s’agit par ailleurs d’explorer des pistes de collaboration avec le Système des Nations Unies sur des questions d’intérêt commun notamment la santé maternelle néonatale et infantile, la consolidation de la paix et la lutte contre le terrorisme, le renforcement de la participation des femmes au parlement.

La Rédaction




OIF : Mme Louise Mushikiwabo en visite de travail au Togo

La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Mme Louise Mushikiwabo est en visite de travail depuis jeudi à Lomé au Togo.

Ce vendredi 26 mars, elle a été reçue par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé. Au menu des échanges entre les deux personnalités, la crise sanitaire de la Covid-19 et la mobilisation des pays pour un accès accéléré et généralisé aux vaccins contre le virus.

Les questions relatives à la paix et la sécurité dans la sous région ouest africaine ont été également évoquées au cours des échanges.

Mme Louise Mushikiwabo a également au cours de son séjour visité des centres de vaccination contre la Covid-19, des vaccins acquis par le Togo dans le cadre de l’initiative COVAX.

« Notre objectif est de nous s’assurer que les Etats qui contribuent à l’initiative Covax puissent accélérer la disponibilité du vaccin pour des pays qui ont eu déjà les premières doses. Il faut que ces secondes doses soient disponibles à temps et dans les délais scientifiquement prévus », a indiqué Mme Louis Mushikiwabo, félicitant au passage le Togo pour la bonne gestion de cette pandémie.

« C’est vraiment difficile pour le monde entier mais le Togo a géré cette terrible maladie avec méthode », a-t-elle déclaré.

« Si nos pays n’arrivent pas à vacciner rapidement, du point de vue santé et économique, nos Etats ne pourront pas reprendre vie. Donc je suis ici pour cette mobilisation et solidarité internationale de l’accès équitable au vaccin », a ajouté la Secrétaire générale de l’OIF.

Elle a en outre saisi l’occasion pour rencontrer les organisations de femmes bénéficiaires du Fonds de solidarité de la francophonie dans la lutte contre la pandémie.

David S.




Niger/ Présidentielle : La mission électorale de l’OIF satisfaite de la bonne tenue du scrutin

« Le deuxième tour de l’élection présidentielle du 21 février 2021 au Niger a été caractérisé par l’inclusivité, la transparence des procédures et des opérations électorales à toutes les étapes et que ce scrutin s’est déroulé globalement dans le calme » : c’est la principale conclusion de la mission d’observation électorale de la Francophonie conduite par la Présidente de l’Assemblée nationale du Togo, Mme Yawa Djigbodi Tsègan.

La mission a dans sa déclaration rendue publique mardi, déploré le décès d’agents électoraux victimes d’un accident le jour du scrutin et a en outre présenté ses sincères condoléances au peuple nigérien ainsi qu’aux familles des victimes.

Elle a par ailleurs salué les autorités nigériennes et les autorités électorales pour avoir organisé ces élections dans la transparence et l’inclusivité lors des différentes opérations électorales notamment la compilation et la publication des résultats provisoires, dans un contexte particulièrement difficile tant sur le plan de la sécurité que de la pandémie de la Covid-19.

Pour finir, la mission a non seulement exhorté l’ensemble des partis politiques, la société civile, ainsi que les institutions concernées à maintenir l’inclusivité et la transparence jusqu’au terme du processus électoral, mais aussi appelé les candidats et les acteurs politiques à attendre la proclamation des résultats provisoires par les institutions compétentes, et à recourir, le cas échéant, aux voies légales de recours prévues par les textes, notamment la Cour constitutionnelle.

Les différents acteurs du processus électoral ont été également exhortés à poursuivre la concertation afin de créer et d’affermir un climat de confiance dans la période post-électorale.

Conformément à son mandat, la mission de l’OIF s’est attachée au cours de ses travaux, à recueillir des informations sur les conditions de préparation et de tenue du deuxième tour du scrutin présidentiel et à veiller au renforcement de la confiance entre les parties prenantes.

Ce 2è tour du scrutin a été remporté par le candidat du parti au pouvoir Mohamed Bazoum avec 55,75 % des voix, devant l’ancien président Mahamane Ousmane (44,25 %) sur un taux de participation est évalué à 62,91 %, selon les résultats provisoires publiés mardi en fin de journée par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Il faut souligner que les autres missions électorales notamment celles de la CEDEAO et de l’Union Africaine ont également salué la bonne tenue du scrutin.

David S.




Yawa Djigbodi TSEGAN, cheffe de la Mission d’Information et de Contact de l’OIF au Niger

La présidente de l’Assemblée nationale togolaise Mme Yawa Djigbodi TSEGAN est à la tête d’une mission d’information et de contact de l’Organisation internationale de la francophonie (0IF) au Niger, dans le cadre des élections présidentielle et législatives dans le pays.

La Mission est composée de personnalités politiques et des experts de haut niveau venant notamment du Bénin et du Cameroun. Elle se situe dans la dynamique de l’accompagnement par l’OIF des processus électoraux dans l’espace francophone.

Selon un communiqué de presse parvenu à notre Rédaction, la mission présente à Niamey du 21 au 30 décembre 2020 s’est entretenue avec toutes les parties prenantes du processus électoral notamment les autorités politiques, administratives et judiciaires du pays, les institutions en charge des élections, les acteurs politiques notamment les candidats à l’élection présidentielle, les organisations de la société civile, les partenaires internationaux de même que les autres missions d’observation électorale nationales et internationales accréditées par les autorités du pays.

Conformément à son mandat, la mission s’est attachée à recueillir des informations sur les conditions de préparation et de tenue des élections et à veiller au renforcement de la confiance entre les parties prenantes.

Les observations

Au regard de ses observations et constats sur le terrain, la mission note que l’organisation de la campagne électorale et du premier tour de l’élection présidentielle et législative du 27 décembre au Niger s’est déroulée de manière paisible dans le respect des dispositions légales. Elle relève également le caractère historique de cette élection qui, il faut le souligner, conduira à la première alternance démocratique dans le pays.

Selon la mission, le double scrutin a permis à une majorité des électeurs nigériens de participer au vote, avec une participation notable des femmes et des jeunes.

La mission a exhorté l’ensemble des partis politiques et les organisations de la société civile, ainsi que les institutions concernées à maintenir l’inclusivité et la transparence ayant caractérisé le scrutin jusqu’au terme du processus, particulièrement dans la phase de centralisation, de transmission et de publication des résultats électoraux.

Mme Yawa Djigbodi TSEGAN (arrière plan à gauche) lors d’une réunion de travail

Les acteurs du processus électoral ont été également exhortés à formuler d’éventuels recours conformément aux voies légales pertinentes, et à renouer la concertation entre les acteurs politiques et autres parties prenantes afin de créer et d’affermir un climat de confiance.

Il faut souligner pour ce scrutin, des organisations nigériennes ont été soutenues par l’OIF qui avaient déployé 700 observateurs sur l’ensemble du territoire du pays.

David S.




OIF : la nouvelle Représentante pour l’Afrique de l’Ouest présente ses lettres de créance à Faure Gnassingbé

La nouvelle Représentante-résidente de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour l’Afrique de l’Ouest, Mme Thi Hoang Mai Tran a présenté ce lundi à Lomé, ses lettres de créance au chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé.

Les deux personnalités ont saisi l’occasion pour faire le tour d’horizon des relations de coopération diplomatique, politique et culturelle entre l’OIF et le Togo, de même que les perspectives.

« Le Togo est le berceau des représentations extérieures de l’OIF depuis 1982. Nous sommes vraiment très reconnaissantes de l’attention que le pays porte à notre organisation. Je me réjouis des résultats réalisés par notre Représentation sur le sol togolais, surtout au profit des jeunes et des femmes, dans les domaines de l’éducation, la diversité culturelle, le développement local durable et du numérique », a déclaré Mme Thi Hoang Mai Tran.

La représentante de l’OIF en Afrique de l’Ouest a également indiqué avoir évoqué avec Faure Gnassingbé, le potentiel à exploiter non seulement dans les relations diplomatiques et politiques, mais également au niveau des actions de coopération entre l’OIF et le Togo.

« Le président de la République a beaucoup apprécié ces points de vue, parce qu’il comprend très bien que notre organisation est en train de mener une transformation stratégique et la Secrétaire Générale souligne déjà sa volonté de renforcer les relations, non seulement coopératives, mais aussi diplomatiques et politiques avec le Togo. Et c’est pour cette raison aussi qu’elle m’a nommée à ce poste. Avant, j’étais ambassadrice du Vietnam auprès de l’OIF », a ajouté Mme Thi Hoang Mai Tran qui a en outre transmis à Faure Gnassingbé, un message de félicitation de la Secrétaire générale de l’OIF Mme Louise Mushikiwabo pour son implication dans le rayonnement de l’Institution.

Il faut noter qu’avant sa nomination à Lomé (où est basé le siège du Bureau régional de l’OIF pour l’Afrique de l’Ouest, BRAO), la nouvelle Représentante-résidente de l’OIF pour l’Afrique de l’Ouest était Ambassadeur de son pays le Vietnam près la Francophonie.

David S.




Le togolais Fademba WAGUENA, nouveau Représentant de l’OIF pour l’Afrique centrale

Le togolais Fademba Madakome WAGUENA est le nouveau Représentant de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour l’Afrique centrale à Libreville.

Il a été nommé par la Secrétaire générale de l’Institution, Mme Louise Mushikiwabo.

A l’image du togolais Fademba WAGUENA, six autres personnalités de différentes nationalités ont été également nommées pour divers postes au sein de l’OIF à travers le monde.

Ainsi, Mme TRAN Thi Hoang Mai est nommée Représentante de l’OIF pour l’Afrique de l’Ouest dont le siège est à Lomé au Togo.

« Ces nouveaux Représentants veilleront en particulier à renforcer l’influence de l’OIF sur la scène diplomatique internationale et à donner corps aux priorités politiques et programmatiques pour lesquelles Louise Mushikiwabo s’est engagée devant les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la Francophonie », a indiqué la Secrétaire générale de l’OIF dans un communiqué de presse publié le 03 septembre dernier.

Fademba Madakome WAGUENA est avant sa nomination, le secrétaire général de l’Assemblée nationale du Togo.

La Rédaction




Election : Hery Rajaonarimampianina à la tête de la mission d’observation de l’Union africaine au Togo

Dans le cadre de la présidentielle du 22 février au Togo, le chef de la mission d’observation électorale de l’Union africaine, l’ancien président malgache Hery Rajaonarimampianina est déjà présent à Lomé.

Hery Rajaonarimampianina a déjà eu une rencontre d’échange avec le ministre togolais des affaires étrangères, Prof Robert Dussey chargé de l’accréditation des observateurs internationaux.

D’autres missions d’observations électorales internationales notamment celles de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), du Conseil de l’Entente sont aussi déjà présentes à Lomé.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) affirme avoir déjà procédé à la date du mardi 18 février, à l’accréditation de 18 organisations de la société civile qui remplissent les critères, et de deux (02) institutions de la République. Elles déploieront au total 2.983 observateurs nationaux sur l’ensemble du territoire national.

David S.




Echange entre Faure Gnassingbé et la secrétaire générale de l’OIF, Mme Louise Mushikiwabo

En visite de travail au Togo, la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Mme Louise Mushikiwabo a été reçue mardi au palais de la présidence de la République par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

Mme Louise Mushikiwabo est allée présenter au président togolais, la situation et les programmes de la Francophonie, et s’est par ailleurs félicitée de l’excellente qualité des relations de coopération entre le Togo et son organisation. Les deux personnalités ont également évoqué la situation politique au Togo notamment le processus électoral en cours.

« J’ai eu l’honneur d’échanger avec le Président de la République. Le Togo est un pays clé dans cette région, surtout qu’il abrite le bureau régional, le plus ancien de l’OIF. J’ai fait l’état des lieux de notre organisation au chef de l’Etat. La Francophonie a une collaboration exemplaire avec le Togo que ce soit dans le domaine de l’éducation, de la langue française ou du numérique », a déclaré Mme Mushikiwabo à sa sortie d’audience.

« Nous avons également parlé des questions politiques. La Francophonie est un accompagnateur du Togo dans différents exercices électoraux », a-t-elle ajouté.

« Fructueux échanges ce jour avec Mme Louise Mushikiwabo, en visite de travail dans notre pays. La bonne coopération qui lie notre pays à l’OIF et les perspectives de développement de nos relations ont été au cœur de nos échanges », a pour sa part indiqué Faure Gnassingbé sur son compte Twitter.

David S.




Mme Louise Mushikiwabo : « Le Togo est un pays avec lequel la Francophonie a beaucoup d’activités »

La Secrétaire générale de la Francophonie, Mme Louise Mushikiwabo est en visite de travail de 72 heures au Togo. Elle a été accueillie lundi à l’aéroport international de Lomé par le ministre togolais des affaires étrangères, Prof Robert Dussey.

« Je suis très heureuse d’être ici. Le Togo est un pays avec lequel la Francophonie a beaucoup d’activités  dans le domaine de l’éducation, de la formation, de la politique et bientôt dans le domaine du numérique et donc il fallait que je vienne au Togo dans ma première année en tant que secrétaire générale de la Francophonie pour marquer l’importance de ce pays et de la collaboration », a déclaré Mme Louise Mushikiwabo.

« Notre organisation aura 50 ans l’année prochaine et donc pour moi c’est une visite qui se justifie et pour laquelle je suis très heureuse d’être ici », a-t-elle ajouté.

Selon le Ministre Robert Dussey, « les actions de coopération entre le Togo et la Francophonie sont très positives ».

Au cours de son séjour, la Secrétaire générale de la Francophonie aura des entretiens avec les plus hautes autorités du Togo qui abrite le bureau régional de l’OIF, l’un des bureaux les plus anciens de la Francophonie dans le monde.

David S.