1

Le 8è salon des banques et PME de l’UEMOA ouvert à Lomé

Les travaux de la 8ème édition du salon des banques et PME de l’UEMOA se sont ouverts ce mardi 07 février à Lomé.

« Financement et investissement des P%E et l’UEMOA, face aux crises et mutations des économies africaines », c’est le thème au centre de ce salon qui se déroule en format Hybride notamment en ligne et simultanément en campus avec mini-exposition dans les Pays de l’UEMOA).

Prévu pour 04 jours, le salon se présente comme un espace d’échange mutuel de solutions innovantes et de partage de meilleures pratiques afin de redynamiser les PME de l’UEMOA. Il vise intensifier les échanges inter et intra-communautaires entre les PME de l’UEMOA et d’ailleurs, les collectivités territoriales, les États, institutions financières entre autres.

« En acceptant d’abriter cet événement, le Gouvernement togolais témoigne son adhésion à l’initiative des promoteurs du Salon qui permettra aux différents acteurs de réfléchir, partager leurs expériences et préoccupations, développer des partenariats gagnant-gagnant afin de formuler des recommandations aux autorités compétentes. C’est avec beaucoup d’impatience que nous attendons les résolutions qui sortiront de vos travaux pour en tirer le meilleur profit », a indiqué le Ministre togolais du commerce, de l’industrie et de la consommation locale, Kodjo Adedze.

Pendant quatre jours, experts, patronat, dirigeants de PME, banques, microfinances, assurances, représentants de faîtières et porteurs de projets mèneront plusieurs activités en présentiel et en ligne à savoir des panels thématiques, des master-class des Managers de PME, des pitchs de projets innovants et des rencontres B2B, Réunions professionnelles entre autres.

Pour rappel, le Salon des Banques & PME est une rencontre annuelle des Startups, Micros, Petites et Moyennes Entreprises et Industries de l’espace UEMOA.

Cris DADA




Les CENTIF à l’école de nouvelles techniques de lutte contre la criminalité financière

Les nouvelles techniques de financement du terrorisme en Afrique de l’ouest sont au centre d’un atelier sous régional de renforcement des capacités des analystes et enquêteurs des Cellules nationales de traitement des informations financières (CENTIF) de l’UEMOA.

C’est une initiative du Réseau des CENTIF de l’UEMOA (RECEN-UEMOA) en partenariat avec l’ONUDC.

Les travaux ouverts ce lundi 14 mars à Lomé devront permettre aux participants d’adapter leurs compétences à l’évolution des techniques et méthodes de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

Le but est d’amélioration des analyses opérationnelles et stratégiques du renseignement financier ainsi que du traitement judiciaire des rapports des CENTIF.

Il s’agit in fine, de permettre aux CENTIF de mieux utiliser le renseignement financier, pour mieux contribuer à l’efficacité des dispositifs nationaux de lutte contre la criminalité financière.

Il faut souligner que cette rencontre fait suite aux états généraux sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT) organisée à Bamako au Mali du 04 au 06 décembre 2019 par le RECEN-UEMOA.

La Rédaction




Revue annuelle de la mise en œuvre des réformes de l’UEMOA au Togo

La revue annuelle de la mise en œuvre des réformes, politiques, programmes et projets communautaires de l’UEMOA au Togo pour le compte de 2021 a fait l’objet d’un atelier tenu ce 03 novembre à Lomé.

Les travaux ont été présidés par le Directeur de Cabinet du Ministère de l’économie et des finances Kossi TOFFIO qui avait à ses côtés la Représentante Résidente de l’UEMOA au Togo, Mme Aminata LO PAYE.

Selon le gouvernement, le Togo s’est illustré au cours de ces trois dernières années comme l’un des pays de l’UEMOA ayant réalisé un grand bond, avec un taux moyen de mise en œuvre des réformes communautaires passant de 64 % en 2018 à 78 % en 2020, soit une progression moyenne annuelle de 7 %.

« Ce score obtenu confirme l’engagement soutenu des Autorités togolaises dans la mise en œuvre desdites réformes, bien que certains textes restent à être transposés ou appliqués », a précisé Kossi TOFFIO.

La vision de faire du Togo un pays de paix avec une croissance économique inclusive et durable a abouti à l’élaboration de la feuille de route pour la période 2020-2025 déclinée en trente-six (36) projets prioritaires et six (6) réformes.

Divers chantiers sont également entamés par le Togo notamment l’exécution du budget de l’Etat en mode programme, la publication du document de déclaration des risques budgétaires de l’exercice 2021 et celui de 2022 à 2024 (qui accompagne le projet de loi de finances 2022), l’adoption des projets de textes relatifs au partenariat public-privé (PPP) et des marchés publics, la publication des rapports d’évaluation des dépenses fiscales entre autres.

Pour rappel, cette revue est un dispositif institutionnel de suivi qui permet de s’assurer de l’effectivité de l’harmonisation des législations nationales, de la coordination des politiques sectorielles nationales et de la bonne exécution des programmes et projets communautaires.

Cris DADA




Des réflexions en cours pour l’ouverture des frontières terrestres

Fermées depuis 18 mois pour cause de crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19, les frontières terrestres des pays membres de l’espace UEMOA pourront rouvrir très prochainement.

Le sujet est au centre ce mardi 28 septembre d’une une réunion interministérielle à laquelle prennent part les ministres de la santé, de la sécurité, et des transports, de même que le président de la commission et les experts de l’espace sous régional.

C’est le ministre togolais de la santé Pr Moustafa Mijiyawa qui a procédé à l’ouverture de cette réunion virtuelle qui a notamment pour objectif de poser les bases d’une réflexion sur la réouverture des frontières terrestres de l’espace UEMOA, ceci sur la base de l’analyse du rapport des experts issus des pays membres de l’Union.

Les conclusions de cette réunion virtuelle seront présentées aux chefs d’Etat des pays membres de l’Union lors de leur prochaine Assemblée. Mais déjà, le rapport des experts recommande le renforcement de la collaboration transfrontalière et la sécurité aux points d’entrée.

Le ministre Moustafa Mijiyawa a estimé qu’il s’avère nécessaire d’envisager la réouverture des frontières sous certaines conditions prenant en compte des exigences sanitaires et économiques. Ce qui selon lui, devrait permettre un meilleur contrôle des flux et une réduction des passages dérobés qui se créent actuellement.

David S.




Education : Vers une harmonisation du BAC dans les pays de l’UEMOA

Le projet d’harmonisation du baccalauréat dans les pays membres de l’Union Économique Monétaire Ouest Africain (UEMOA) suit son cours et pourra se concrétiser dans les prochaines années.

Des experts des 08 pays membres de l’union sont en réunion de travail cette semaine à Lomé pour faire le point de l’état d’avancement du processus dans chacun des Etats membres.

La rencontre de Lomé qui s’inscrit dans le cadre de la dernière phase du projet constitue un moment décisif en vue de doter l’espace communautaire d’un baccalauréat unique.

« Un baccalauréat obtenu dans un pays de l’Afrique de l’Ouest  vaut un baccalauréat obtenu simplement dans l’espace UEMOA, ça donne plus de valeur, plus de crédibilité », a fait savoir le ministre togolais de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche du Togo, le Professeur Majesté Ihou WATEBA. « C’est le dernier virage avant l’harmonisation », a-t-il indiqué.

La Rédaction




UEMOA : Une Table ronde pour relancer les économies post Covid-19

 

L’efficacité de la politique publique à l’aune de la réforme du budget programme et de la pandémie de la Covid-19 était au centre d’une Table ronde tenue mardi à Lomé.

La rencontre organisée par le Centre Africain d’Etudes Supérieures en Gestion (CESAG) et le CLEAR (Center for learning on Evaluation and Results) a réuni des décideurs, professionnels du budget de même que des chercheurs.

Il s’est agi d’identifier les leviers dont disposent les Etats de l’UEMOA pour relancer leur économie post-Covid19, à travers un état des lieux des effets positifs et négatifs de la pandémie sur la mise en œuvre de la réforme du budget programme et l’efficacité des politiques.

« Il est question de sonder les points de raccordement entre la projection dans le temps que promeut le budget programme et la rationalité court-termiste et adaptative qu’impose la crise de la Covid-19 dans la perspective des politiques publiques », a indiqué à l’entame des travaux, le secrétaire général du Ministère de l’économie et des finances du Togo, Kofi Agbenoxevi PANIAH.

Les solutions identifiées devraient s’appuyer non seulement sur les leçons tirées des capacités de résilience, des échecs mais aussi des innovations apportées.

Il faut souligner que dans le souci de consolider la culture du résultat et améliorer l’efficacité des politiques publiques, le Togo et les autres pays de l’UEMOA se sont inscrits dans une dynamique de modernisation des finances publiques, avec un basculement du budget des moyens vers le budget programme, à travers des directives communautaires promulguées en 2009.

Il s’agit in fine,  d’accroitre la transparence, l’efficacité des choix budgétaires et le contrôle citoyen du budget.

David S.




Covid-19 : le prix du test PCR passe de 40 000 à 25 000 F CFA

Image d’un test Covid-19 (©DW)

Au Togo, le prix du diagnostic de SARS-Cov2 (test PCR) est désormais fixé à 25 000 F CFA au départ et à l’arrivée de l’aéroport international de Lomé, contre 40 000 F auparavant.

L’information est contenue dans un arrêté interministériel en date du 07 juillet 2021, signé du ministre de la santé Pr Moustafa Mijiyawa et de son collègue Sani Yaya en charge de l’économie et des finances.

Le document précise que la demande, le paiement des frais du test, l’attestation des résultats et leurs transmissions se font à travers la plateforme électronique TOGOSAFE en ce qui concerne les voyageurs.

Par ailleurs, toute autre personne désireuse de se faire dépister est priée d’adresser directement une demande aux laboratoires autorisés pour réaliser les tests.

Ces laboratoires sont notamment : l’Institut d’hygiène de Lomé et de Kara, le laboratoire national de référence des mycobactéries du Centre Hospitalier Universitaire (Chu) Sylvanus Olympio de Lomé, le laboratoire mobile de l’Aéroport international Gnassingbé Eyadéma, le laboratoire du BIOLIM/FSS de l’Université de Lomé, le laboratoire du CHU KARA et les laboratoires des CHR de Dapaong et de Sokodé.

Cette décision est une réponse à la recommandation des huit pays de l’UEMOA d’uniformaliser les prix des tests PCR dans l’espace communautaire.

David S.




Echange « très fructueux » entre Mme Yawa Tsègan et Abdoulaye DIOP, Président de la Commission de l’UEMOA

La présidente de l’Assemble nationale Mme Yawa Tsègan a échangé ce vendredi à Lomé avec le Président de la Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), M. Abdoulaye DIOP.

Les discussions entre les deux personnalités ont notamment porté sur des questions liées au renforcement de la coopération entre l’Assemblée nationale togolaise et l’UEMOA, au développement, à la gouvernance et à la jeunesse.

« Nous avons été nommés à la présidence de l’UEMOA, il n’y a pas très longtemps, nous avons pris service le 10 mai, moi-même et les commissaires, donc nous sommes en train de faire un tour pour rencontrer les plus hautes autorités du pays. Comme vous le savez, l’union économique et monétaire Ouest africaine a un organe très important qui est le comité interparlementaire (CIP). Donc dans ce cadre-là, Il était important de rencontrer la présidente de l’Assemblée nationale », a expliqué Abdoulaye DIOP au sortir de l’audience.

« Nous avons eu un échange très fructueux pour renforcer la collaboration entre les institutions de l’UEMOA et le CIP ainsi qu’également avec les parlements nationaux. Dans nos discussions, madame la Présidente a de façon très pertinente développé l’ensemble des points, d’éléments d’enjeux important en matière de démocratie, de développement, de prise en charge des préoccupations de la jeunesse et d’autres points capitaux pour nos états. A l’issue de nos discussions, nous nous sommes engagés à renforcer la coopération entre la commission de l’UEMOA et les parlements. Ça été une rencontre très utile et nous remercions les autorités togolaises pour cette hospitalité », a-t-il confié à la presse.

Il faut souligner qu’au sein de cette commission de l’UEMOA pour le compte du mandat en cours, le Togo est représenté par le Prof. Kako Nubukpo, Commissaire chargé du Département de l’agriculture, des ressources en eau et de l’environnement.

La Rédaction




Assemblée nationale : D’importants sujets au menu des échanges entre Yawa Tsègan et Goakun Rossan Noël TOE, Président du CIP-UEMOA

Une délégation du Comité interparlementaire de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (CIP-UEMOA) conduite par son président M. Goakun Rossan Noël TOE a été reçue en audience jeudi à Lomé, par la présidente de l’Assemblée nationale, Mme Yawa Djigbodi Tsègan.

Au menu des échanges, divers sujets relatifs à l’éducation et aux directives prises par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA en lien avec l’évolution de la situation sanitaire de la COVID-19 au sein de l’espace communautaire.

« Il s’agit de réfléchir sur la directive concernant l’harmonisation du baccalauréat au niveau de l’espace UEMOA et la transposition des directives prises par la conférence des Chefs d’Etat », a indiqué à la presse, M. Goakun Rossan Noël TOE.

« Nous avons fait l’état des lieux et nous avons des perspectives. Vous savez aussi que lors de la conférence des Chefs d’Etat le 23 mars sur l’état de l’évolution du coronavirus, il y a un certain nombre de décisions qui ont été prises en ce qui concerne l’harmonisation du prix au sein de l’espace UEMOA, la reconnaissance mutuelle des résultats par les pays membres, l’ouverture progressive des frontières et le tarif au niveau du trafic frontalier », a-t-il ajouté

Créé par l’article 35 du Traité constitutif de l’Union, le CIP de l’UEMOA est un Organe de contrôle démocratique dans le schéma de fonctionnement de l’UEMOA. Le Togo y est représenté par le député Yobate Kolani BAKALI, Vice-présidente de cet organe.

Il faut ajouter que ce Comité constitue une véritable représentation des populations de l’UEMOA, dans leur diversité culturelle, intellectuelle et professionnelle en vue de leur meilleure implication à l’édifice de la gouvernance démocratique, économique et politique.

David S.




Les grandes décisions de la 22è session de l’UEMOA

La Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) s’est réunie le 25 mars 2021 en session ordinaire par visioconférence. Au menu des travaux de cette 22ème session, divers  dossiers dont l’examen de l’état de l’union, les performances économiques, la gestion de la riposte à la crise de la Covid-19, et la situation sécuritaire.

Ce qu’il est faut d’abord retenir est qu’au terme des travaux, le Président  du Burkina Faso a été désigné par ses pairs, Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union pour le prochain mandat. Il succède ainsi au Président sortant Alassane OUATTARA de la Côte d’Ivoire.

La Conférence a aussi adressé ses vives félicitations aux Présidents Roch Marc Christian KABORE et Alassane OUATTARA pour leur brillante réélection et à M. Mohamed BAZOUM pour son élection à la présidence de la république du Niger.

Au sujet de l’évolution de la situation sanitaire, la Conférence a salué les efforts de riposte déployés par les Etats ainsi que les Organes et Institutions communautaires, avant de fixer à cinq (05) jours à compter de la date de prélèvement de l’échantillon, la durée de validité des tests de dépistage à l’entrée et au départ des aéroports des Etats membres.

Sur le même volet, il a été décidé la reconnaissance mutuelle des résultats des tests COVID 19 réalisés par les structures nationales habilitées.

Par ailleurs, le coût du test de dépistage de la COVID-19 pour les voyageurs utilisant le transport aérien a été fixé à 25.000 FCFA, à compter de mai 2021. Dans la même dynamique, les chefs d’Etat ont encouragé la réouverture progressive des frontières terrestres dans le respect des exigences sanitaires requises.

La Conférence a également félicité la Banque Centrale pour les mesures prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie, de même que les Institutions Communautaires pour la mise en place effective des mécanismes de financement des Etats membres ainsi que l’appui au secteur privé et aux Systèmes Financiers Décentralisés (SFD).

En effet, un montant de 1.171,6 milliards de FCFA a été mobilisé par l’Union auprès de la BCEAO en faveur des Etats membres au taux moyen de 3,14 %. Pour leur part, les institutions de micro finance ont également bénéficié auprès de l’institution financière régionale d’un report d’échéances sur leurs prêts sans charge d’intérêt, ni frais, ni pénalité de retard pour une période de trois mois renouvelables.

La Banque ouest africaine de développement (BOAD), a également mis en place un programme spécial de prêts concessionnels d’un montant de 200 milliards de FCFA, pour accompagner le secteur privé. Un autre programme spécial de 100 milliards a été exécuté au profit des banques commerciales pour le soutien des PME-PMI affectées par la crise sanitaire.

Il faut également souligner sur ce chapitre qu’en 2020, la situation macroéconomique de l’Union a connu une dégradation sensible pour cause de la Covid-19 avec notamment un taux de croissance moyen qui est ressorti à 0,9 %, soit une réduction de près de six points de pourcentage par rapport à la prévision initiale de 6,6 %.

Au plan sécuritaire, la Conférence a condamné les attaques terroristes perpétrées au Burkina Faso, au Mali et au Niger, et d’exprimer sa solidarité et sa compassion à l’endroit des populations de ces pays victimes. Les dirigeants ont également réaffirmé sa ferme détermination à contrer la progression du terrorisme et à faire face à l’insécurité grandissante dans l’Union.

Dans ce cadre, les chefs d’Etat ont salué la contribution des pays membres notamment du Burkina, du Mali, du Niger, du Sénégal à hauteur de 1 milliards FCFA chacun et celle de la Côte d’Ivoire à hauteur de 2 milliards FCFA pour le financement de la lutte contre l’insécurité du G5 Sahel.

La Conférence a en outre décidé de l’octroi d’un financement exceptionnel de 2 milliards FCFA pour soutenir cette initiative, et en complément des 100 millions USD déjà décaissés pour les trois pays membres de la ligne de front du G5 Sahel.

Les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont également saisi l’occasion pour exprimer de nouveau leurs condoléances à Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire et au peuple ivoirien suite au décès du Premier Ministre Hamed BAKAYOKO.

La Rédaction