1

Un document stratégique pour renforcer la coopération entre le Togo et l’UE

L’Union européenne, l’Allemagne et la France vont désormais coordonner leur coopération au développement avec le Togo sur la base d’un Document Conjoint de Programmation (DCP) pour la période 2021-2027.

Ce document, adopté le 16 décembre 2021 a été officiellement lancé ce mardi 12 janvier 2022 à Lomé au cours d’une cérémonie co-présidée par le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires Payadowa Boukpessi et l’Ambassadeur de l’Union européenne au Togo Joaquin Tasso Vilallonga.

La cérémonie s’est déroulée également en présence du Secrétaire Général de la Présidence de la République Mme Sandra Ablamba Johnson, des ministres Gilbert Bawara de la Fonction publique, Sani Yaya de l’Économie et des finances, et des Ambassadeurs de la France Jocelyne Caballero et d’Allemagne, Matthias Veltin.

Le document accompagne le Plan National de Développement (PND) et la Feuille de Route gouvernementale Togo 2020-2025 et définit par ailleurs le cadre des interventions des partenaires européens en appui aux efforts du gouvernement pour les sept prochaines années.

L’Union européenne et ses Etats membres s’engagent avec ce document stratégique, à renforcer leur soutien au Togo dans les trois domaines prioritaires suivants : le développement humain, en particulier sur ses aspects d’inclusion socio-économique et d’accès aux services publics de base, l’appui aux agro-industries durables et à la gestion des ressources naturelles pour contribuer à la génération d’emploi et à la lutte contre le changement climatique, et l’appui à la consolidation d’une société apaisée et résiliente au Togo à travers la sécurité, la bonne gouvernance et décentralisation.

Dans le cadre de la première année de mise en œuvre de ce document, l’équipe Europe engage plus de 243 millions d’euro, soit près de 160 milliards de CFA, pour de nouveaux projets dans les 3 domaines prioritaires concernés.

Au demeurant, l’adoption de ce document est une étape importante dans le renforcement et la concrétisation de la coopération entre les partenaires européens et le Togo

La Rédaction




Le Togo, 1er exportateur mondial de soja bio vers l’espace Schengen

Le Togo est le premier exportateur mondial de soja bio vers l’espace Schengen, selon le rapport 2020 de la Commission de l’Union européenne relatif à l’exportation des produits bio.

Les exportations du soja bio du Togo vers l’Union européenne (UE) ont en effet connu une  hausse, passant de 42.300 tonnes en 2019 à 51.000 tonnes en 2020, soit une croissance de 20,4 % malgré les impacts de la crise de la pandémie de la Covid-19.

Selon le document, la part du Togo sur l’ensemble des exportations de soja bio vers l’espace Schengen est estimée à 37,1 % faisant du pays, le premier exportateur de soja bio sur le marché agricole de l’UE.

Avec ce rang, le Togo reste devant  l’Ukraine (20,9 %), l’Inde (11,3 %) et le Kazakhstan (8%). Trois pays africains figurent dans les 7 premiers à savoir l’Ouganda (6,4%), le Benin (4,6%) et le Burkina Faso (3,8%).

Le rapport sur l’importation des produits agro-alimentaires bio indique qu’au cours de la même période, la valeur totale des échanges entre le Togo et l’UE est passée de 44 684 tonnes à 54 017 tonnes. Le pays se classe au 13è rang mondial, et occupe la deuxième place en Afrique dernière la Tunisie (11è rang mondial) et devant l’Egypte (14è rang mondial).

Il faut souligner qu’au Togo, la culture du soja est identifiée comme une filière porteuse dans un pays où une attention particulière est également accordée à l’agriculture bio avec l’accompagnement des partenaires dont la FAO.

Cris DADA




Faure Gnassingbé à Bruxelles pour renforcer le partenariat entre l’Union Européenne et le Togo

Après Paris où il a pris part au sommet sur le financement des économies africaines, le chef de l’Etat Faure Gnassingbé s’est rendu à Bruxelles en Belgique sur invitation du Président du Conseil Européen, Charles Michel.

Ce jeudi, le chef de l’Etat a été reçu ce jeudi par le roi belge, Philippe. Les échanges entre les deux personnalités ont porté sur la coopération bilatérale entre la Belgique et le Togo, et les défis auxquels fait face la communauté internationale.

Dans la capitale belge, Faure Gnassingbé aura des entretiens avec les institutions européennes. Il sera discuté le renforcement du partenariat entre l’Union Européenne et le Togo en matière économique, politique et commerciale.

Il s’est entretenu dans ce cadre en début d’après-midi avec Jutta Urpilainen, la Commissaire aux Partenariats internationaux. Les discussions ont tourné de l’initiative Covax de lutte contre la Covid-19, et de la reprise économique sur le long terme avec Team Europe, de la coopération entre le Togo et l’UE, et du futur accord entre les pays Afrique, Caraïbes, Pacifique (OEACP) et l’UE.

Il faut relever que le Togo joue un rôle prépondérant dans la redynamisation des relations entre l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) et l’Union-Européenne (UE). Reconnu pour son engagement ayant abouti aux « Conventions de Lomé », le Togo a coordonné les activités du Groupe lors de la négociation des nouveaux Accords Post-Cotonou.

Egalement à l’agenda de Faure Gnassingbé, une rencontre avec Georges Rebelo Pinto, secrétaire général de l’OEACP et ministre des Affaires étrangères d’Angola. Il aura aussi un entretien avec Charles Michel, le président du Conseil européen.

Pour rappel, le partenariat entre l’Union Européenne (UE) et le Togo date de près de 60 ans, une coopération qui s’est intensifiée surtout à partir de 2007dans plusieurs domaines notamment politique, économique, diplomatique, commercial et culturel.

La Rédaction




La 21ème session du dialogue politique Togo-UE tenue ce mardi à Lomé

La 21ème session du dialogue politique entre le Togo et l’Union européenne (UE) s’est tenue ce mardi à Lomé. Les travaux de cette réunion se sont déroulés sous la présidence conjointe du Ministre togolais des Affaires étrangères Pr Robert Dussey, et de l’ambassadeur de l’Union européenne au Togo, Joaquín TASSO VILALLONGA.

Au menu des discussions entre les deux parties, des questions politiques, économiques et sociales d’intérêt commun.

Le Togo et l’Union européenne se sont félicités de l’excellente qualité de leurs relations bilatérales. Les participants ont examiné les opportunités de densification des liens économiques à travers l’amélioration du climat des affaires et de la gestion des finances publiques.

Ils ont en outre évoqué le renforcement de la coopération UE-Togo en matière de sécurité dans le cadre notamment des projets financés par l’Union européenne.

L’UE et ses États Membres ont salué les progrès enregistrés par le Togo en matière de gouvernance économique et de développement, ainsi que dans les domaines de la paix et la sécurité. Ils ont encouragé le pays pour des réformes plus ambitieuses notamment dans les domaines de la justice, de l’inclusion sociale, de la consolidation de la démocratie et de la lutte contre la corruption.

En ce qui concerne la riposte à la Covid-19, le Togo a salué la solidarité montrée par l’Union européenne et ses Etats-membres, tant au niveau national qu’international. Sur  ce volet, les risques que cette crise sanitaire peut engendrer en matière d’expression démocratique et de situation des droits de l’Homme dans le monde a également fait l’objet de discussion.

Autres sujets abordés, la situation sécuritaire au Sahel, l’intégration régionale africaine, le partenariat Union africaine-Union européenne et la préparation du prochain sommet UE-UA prévu en 2021.

La Rédaction




Assemblée nationale : les Ambassadeurs de l’UE et du Gabon reçus par Yawa Djigbodi Tsègan

Le nouvel ambassadeur et chef de la délégation de l’Union européenne (UE) au Togo, Joaquin Tasso Vilallonga et l’ambassadeur du Gabon, Sayid ABELOKO ont été reçus en audience ce lundi 09 novembre par la présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Djigbodi Tsègan.

Avec le diplomate européen, la présidente de l’Assemblée nationale a évoqué divers sujets dont l’Excellence des relations entre le Togo et l’Union Européenne, la consolidation de la coopération entre l’Assemblée nationale togolaise et le parlement européen, et le Plan national de développement (PND).

Joaquin Tasso Vilallonga a félicité Yawa Djigbodi Tsègan pour le travail très dynamique que fait le parlement togolais, en termes budgétaire, législatif et de contrôle du gouvernement.

« On s’est aussi félicité de l’excellent état de notre coopération, du soutien que nous apportons en tant que Union européenne en partenariat avec la banque mondiale à l’assemblée nationale sur différents projets. On a parlé aussi des orientations budgétaires, de l’importance des allocations financières du budget qui sont en cohérence avec le plan national de développement que nous soutenons également », a déclaré le chef de la délégation de l’UE au Togo.

« Il existe déjà un partenariat entre le parlement européen et le parlement panafricain, dans lesquels, il y des membres de l’assemblée nationale togolaise qui participent. Et on a aussi l’assemblée paritaire conjointe entre les pays africains (ACP) et l’union européenne dans laquelle le Togo est un membre qui participe aussi très activement avec des parlements européens Donc il y’a déjà deux niveaux de partenariat dans lequel l’assemblée nationale togolaise est impliquée mais on pourrait pourquoi pas explorer d’autres possibilités dans ce sens également », a-t-il ajouté.

Les discussions avec l’ambassadeur du Gabon ont pour leur part porté sur le Plan Stratégique de Développement de l’Assemblée nationale togolaise, en cours d’adoption. Le diplomate gabonais entend également œuvrer davantage pour le renforcement des échanges parlementaires entre les deux pays.

« C’est une initiative de l’Assemblée nationale togolaise qui intéresse beaucoup l’assemblée nationale du Gabon, et qui aimerait s’inspirer de ce plan et entamer des discussions, des échanges parlementaires entre les deux institutions pour voir dans quelle synergie, elles peuvent s’accorder et créer des cellules de discussions pour parfaire les visions de ces institutions », a fait savoir Sayid ABELOKO.

« C’est pourquoi le président de l’Assemblée nationale gabonaise a souhaité une collaboration beaucoup plus étroite avec l’institution togolaise pour la compréhension de ce plan et de s’inspirer pour élaborer au Gabon un plan qu’on pourra appeler autrement, la stratégie du côté du Gabon », a-t-il souligné.

David S.