Terrorisme : Les conditions d’une meilleure riposte, selon Me Dodji Apévon

Terrorisme : Les conditions d’une meilleure riposte, selon Me Dodji Apévon

SHARE
Me Paul Dodji Apévon, Président des FDR (©TBN
image_pdfimage_print

Au Togo, les questions liées à la lutte contre le terrorisme préoccupent au plus haut sommet de l’Etat. Le sujet a déjà fait l’objet d’une rencontre tenue la semaine dernière à Lomé entre le gouvernement et la classe politique. Pour le président du parti Forces Démocratiques pour la République (FDR) Me Dodji Apévon (opposition), des conditions doivent être remplies pour une mobilisation de tous les Togolais contre ces menaces terroristes.

Face à la presse ce 10 août à Lomé, Me Dodji Apévon a fait savoir que les conditions susceptibles de mettre tous les Togolais en « ordre de bataille contre le fléau » devraient prendre en compte la décrispation du climat politique dans le pays, la révision profonde du cadre électoral, le respect des libertés fondamentales, la lutte contre la pauvreté, et la recherche des solutions urgentes à la vie chère.

Pour le président des FDR, « le tissu social dans le pays est en lambeaux » et il faudra « engager des actions vigoureuses et courageuses pour le recoudre ». Le parti note en effet qu’il y a eu « des actes de mépris, de violations des libertés, accompagnés par des violences souvent gratuites » qui ont touché beaucoup de citoyens togolais dans leur chair et dans leur âme avec de profondes frustrations politiques et sociales.

Lire aussi : Lutte contre le Terrorisme : La DMK souhaite des « discussions sérieuses » avec le régime de Faure Gnassingbé

Tout en exprimant son soutien à la mobilisation de tous les Togolais contre ces menaces terroristes qui risque de saper le fondement même de pays, le parti pense que la première mesure à prendre par le Chef de l’Etat pour la décrispation du climat politique dans le pays en vue d’un début de cohésion nationale est « une loi d’amnistie pour permettre à tous les prisonniers venant des partis politiques, de la société civile et des syndicats de sortir de leur détention et à tous les exilés de rentrer au bercail ».

Me Apévon a également invité le gouvernement à « être conséquent avec lui-même en levant les interdictions des activités des partis politiques et de la société civile pour le retour à une vie politique normale au Togo ».

Lire aussi : Lutte contre le terrorisme au Togo : Rencontre entre le Gouvernement et les acteurs des partis politiques

Il a en outre demandé le rétablissement de rétablir l’équité dans l’organisation des élections pour donner une égale chance à tous, avant de proposer d’autres mesures pour des solutions urgentes à la vie chère : suspension (ou réduction) provisoire des tarifs de péage, réduction conséquente de la Taxe sur les véhicules à moteur (TVM), relèvement de la subvention des produits pétroliers, la baisse des taxes à l’importation sur les produits de premières nécessités, relèvement du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) entre autres.

Le parti a également saisi l’occasion de cette sortie médiatique pour condamné les attaques terroristes dont le Togo est victime depuis quelques mois, et de saluer au passage l’initiative du chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé de créer une cohésion nationale pour une meilleure riposte contre ce fléau.

La Rédaction