Togo : 29 milliards CFA de la « Team Europe » pour...

Togo : 29 milliards CFA de la « Team Europe » pour soutenir la riposte contre le COVID-19

SHARE
Une image de la « Team Europe » avec Mohaman DJIBRIL (©UE-Togo)
image_pdfimage_print

Il ne se passe plus de jours sans que les autoritaires sanitaires n’enregistrent de nouveaux patients atteints de Coronavirus au Togo. A ce jour, le pays a enregistré au total 219 cas confirmés de COVID-19 dont 96 guéris, 11 décès et 112 actifs. Entre le 08 et le 13 Mai, le nombre de cas est passé de 145 à 219. 95 nouveaux cas ont été détectés au cours des 10 derniers jours.

Il y a de quoi s’inquiéter, au regard de la montée des chiffres, malgré les efforts en termes d’informations et de sensibilisation. Le nombre des cas actifs est également très vite passé devant celui des personnes guéries.

Des interrogations se posent en outre au sein de la population : quand est-ce que le Togo connaitra le pic de l’épidémie ? Parviendra-t-on à en finir avec la maladie ? Le virus est-il réellement mortel ? Que faire si les cas confirmés continuent d’augmenter ?

Il y a quelques jours, le gouvernement avait décidé de repousser le couvre feu 21 heures à 05 heures du matin dans le Grand Lomé, expliquant que les résultats d’une étude épidémiologique liée au Covid-19 réalisée dans la zone du 23 avril au 8 mai par le Conseil scientifique faisait état d’une stabilisation de la propagation de l’épidémie. L’étude a notamment consisté en un dépistage systématique des populations les plus exposées à la maladie.

Mais, la prudence doit être toujours grandement de mise. Et pour cause, le 13 Mai par exemple, les 20 personnes testées positives sont tous issus du grand Lomé (2 femmes et 2 hommes dans le district d’Agoè, 6 hommes dans le district III à Lomé, 2 hommes dans le district V à Lomé et 8 hommes dans le district I à Lomé).

Selon Djibril Mohaman, le Coordonnateur national de la cellule de riposte contre la pandémie, plus de 2 800 personnes sont actuellement placées en quarantaine et testées tous les jours dans plusieurs préfectures, principalement des gens de retour de voyage dans les pays voisins comme le Ghana, le Burkina-Faso et la Côte d’Ivoire qui ont rouvert leurs frontières. Ce qui explique, précise-t-il, l’augmentation significative ces derniers jours du nombre de cas positifs

Au demeurant, les efforts doivent se multiplier, tant du côté du gouvernement en termes d’investissement techniques et financiers, que du côté de la population quant au strict respect des masures barrières recommandées pour briser la chaîne de propagation du virus. Il y va de la santé de tous et de la survie de l’économie.

David SOKLOU