Togo/ La BOAD finance deux projets à hauteur de 27,6 milliards de...

Togo/ La BOAD finance deux projets à hauteur de 27,6 milliards de FCFA

SHARE
Echange de documents entre Sani Yaya et Christian ADOVELANDE
Échange de documents entre Sani Yaya et Christian ADOVELANDE
image_pdfimage_print

Le Togo vient de bénéficier d’un financement évalué à 27,6 milliards de FCFA de la part de la Banque ouest- africaine de développement (BOAD). Il s’agit de deux accords de prêts relatifs au projet d’aménagement des terres agricoles de la plaine de l’OTI, et à la deuxième phase de réhabilitation de la route Lomé – Cotonou, prenant en compte la protection côtière au Togo.

La signature de la convention de financement a été effectuée vendredi entre le Président de la BOAD Christian ADOVELANDE et le Ministre Sani YAYA de l’Economie et des Finances.

Les deux projets font partie des initiatives du Gouvernement togolais pour, non seulement renforcer l’intégration régionale et  contribuer à la protection de son littoral menacé par des vagues marines mais aussi améliorer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté en milieu rural.

« Ces deux projets visent d’une part, le renforcement de l’intégration régionale, l’accroissement des échanges intra régionaux, la protection de la côte togolaise ; et d’autre part  l’amélioration de la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté dans les zones ciblées, grâce à l’augmentation durable de la production rizicole et des autres productions végétales et animales », a déclaré le ministre Sani Yaya.

Le financement de la 2ème de phase réhabilitation de la route Lomé – Cotonou (16,6 milliards de FCFA), permettra l’aménagement en 2×2 voies du tronçon de route Avépozo-Anèho sur une longueur d’environ 30 km, la protection de la côte togolaise par la construction de 31 épis en enrochement sur une longueur variable de 80 à 110 m.

Le reste du montant (11 milliards de FCFA) qui est destiné à l’aménagement des terres agricoles de la plaine de l’Oti, servira à aménager des périmètres irrigués et des zones d’activités agricoles planifiées, et à acquérir des matériels agricoles et de transformation. Il permettra en outre de développer la pisciculture et de réaliser des infrastructures socio-économiques.

David KOSSI