Togo/ La coalition de l’opposition annonce de nouvelles manifestations les 7, 8...

Togo/ La coalition de l’opposition annonce de nouvelles manifestations les 7, 8 et 9 novembre prochains

SHARE
Des leaders de la coalition au cours d’une marche (archives)
Des leaders de la coalition au cours d’une marche (archives)
image_pdfimage_print

L’opposition togolaise visiblement déterminée à maintenir malgré tout, la pression sur le pouvoir de Faure Gnassingbé. La coalition des 14 partis sera en effet de nouveau dans les rues de Lomé pour de nouvelles manifestations les 7, 8 et 9 novembre prochains. L’annonce a été faite ce lundi sur une radio de la place par Eric Dupuy, le chargé à la communication de ce regroupement de partis.

Malgré l’interdiction de manifester en semaine, la coalition de l’opposition semble engager un nouveau bras de fer avec l’autorité publique. On se rappelle des manifestations interdites des 18 et 19 octobre derniers qui ont été très vite transformées en de violentes scènes d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, les points de rassemblement étant bouclés tôt le matin de ces jours de manifestations par les hommes en uniforme.

Ces nouvelles manifestations annoncées par l’opposition font en réalité partie d’un programme concocté par ces partis politiques. Déjà du 28 au 30 octobre en effet, les leaders de la coalition seront selon les informations, dans les villes de l’intérieur du pays pour une tournée de sensibilisation voire de remobilisation des populations.

Cette visite sera également une occasion pour ces partis de rencontrer et de réconforter les familles des victimes des précédentes manifestations.

Il faut rappeler que les échauffourées des 18 et 19 octobre ont fait au total quatre morts selon le Gouvernement, de même que des dizaines de blessés et d’interpellations sans oublier d’importants dégâts matériels.

Au demeurant, il convient de souligner que cette annonce de l’opposition intervient également à un moment où de plus en plus de voix s’élèvent pour appeler la classe politique à la retenue et au dialogue.

Certains Chefs d’Etat de la sous région ouest-africaine notamment Patrice Talon du Bénin, Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire ou encore Nana Akufo Addo sont d’ailleurs en train de mener une médiation pour une sortie de crise au Togo. Patrice Talon s’était déjà entretenu à deux reprises avec Faure Gnassingbé. Vendredi dernier, le ministre ivoirien de la Défense, Hamed Bakayoko, était également à Lomé. L’envoyé d’Alassane Ouattara était porteur d’un message au Chef de l’Etat Togolais Faure Gnassingbé. Ces médiations n’ont cependant rien donné pour le moment.

Il faut rappeler que les réclamations de l’opposition n’ont pas varié : des réformes politiques, institutionnelles et constitutionnelles notamment le retour à la Constitution originelle de 1992 et ses conséquences, le « déverrouillage » des institutions de la République, l’effectivité du vote des togolais de l’étranger entre autres.

Bruno OBOE-YABA