Togo/ Le collectif des mouvements et associations de la mouvance présidentielle prône...

Togo/ Le collectif des mouvements et associations de la mouvance présidentielle prône la paix à travers des meetings

SHARE
Des militants et sympathisants du parti UNIR lors d’un meeting
Des militants et sympathisants du parti UNIR lors d’un meeting
image_pdfimage_print

Le collectif des mouvements et associations de la mouvance présidentielle n’est pas resté inactif au moment même où l’opposition était dans les rues cette semaine pour réclamer les réformes politiques. A travers des meetings populaires organisés à Lomé, le collectif a fait la promotion de la paix, la citoyenneté et le vivre ensemble tout en donnant son point de vue sur cette question de réformes qui ne cesse de diviser la classe politique.

Ces meetings ont regroupé les cadres, militants et sympathisants vêtus de t-shirts blancs et bleus aux couleurs du parti Union pour la République (UNIR) du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

Au cours de ces rassemblements, les responsables des associations et mouvements de la majorité présidentielle sont montés sur le podium pour dénoncer publiquement tous les comportements et actions qui ne sont pas de nature à préserver et sauvegarder la paix dans le pays.

Ils ont également saisi l’occasion pour exprimer leur profond attachement à la paix, aux valeurs républicaines et aux actions du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

Dans une déclaration rendue publique, le collectif des mouvements et associations a indiqué que les reformes réclamées « à cor et à cri » (par l’opposition, Ndlr), engagent l’avenir de tous les citoyens togolais qui, tous, les désirent. Pour le collectif, ces réformes ne sauraient répondre à un besoin d’urgence et d’improvisation, ou satisfaire des exigences d’imitation et de conformisme, sans tenir compte des spécificités politiques du Togo et de ses réalités sociologiques et historiques.

« Les réformes politiques, nous en voulons tous mais elles ne s’obtiendront jamais par la rue mais plutôt dans le cadre constitutionnel légal. Et même si nous n’allons peut-être pas assez vite au goût de certains, nous savons d’où nous venons et où nous comptons aller », lit-on dans le document.

« Alors, même si la vie institutionnelle de notre pays reste perfectible, ne la déstabilisons pas. Ne sacrifions pas nos précieux acquis pour ce qui, ailleurs et après des décennies de pratique dans certains cas, n’a pas encore pu assurer le bonheur des citoyens qui expriment leur désappointement chaque jour qui passe », poursuit la déclaration.

Les responsables des mouvements et associations ont fait savoir en effet que la Constitution de 1992 sur laquelle se focalisent toutes les revendications, n’est pas parfaite. Certaines de ses dispositions sont caduques et désuètes. « Les réformes, OUI mais dans un large consensus et non des bains de sang. Concentrons-nous sur l’essentiel, consolidons la paix et le développement, faisons des réformes dans un esprit de dialogue ».

Ils ont exhorté la population à élever le débat au dessus des intérêts personnels et partisans, à préserver les acquis sociaux, à cultiver la paix afin de récolter le progrès et le développement.

Irène MINTRE