Togo : La DMK veut en finir avec la lutte pour l’alternance...

Togo : La DMK veut en finir avec la lutte pour l’alternance politique en 2022

SHARE
Mme Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson, coordinatrice générale de la DMK
image_pdfimage_print

La Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) ne compte pas abandonner sa lutte en faveur de l’alternance politique au Togo.

Le regroupement de partis de l’opposition et d’organisations de la société civile ayant soutenu la candidature d’Agbeyomé Kodjo à la présidentielle du 22 février 2020 lance un nouvel appel à toutes les composantes de la population pour conclure en 2022, le combat pour l’alternance entamé il y a plus de 30 ans.

Dans son message de vœux  à l’orée de cette nouvelle année 2022, la DMK à travers sa coordinatrice générale Mme Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson, a estimé que « personne ne viendra libérer le Togo à la place des Togolaises et Togolais ».

« Chaque Togolaise, chaque Togolais, qui qu’il soit, où qu’il soit, doit savoir que la lutte pour un Togo où les libertés fondamentales soient garanties pour tous, n’est pas l’apanage des politiciens. L’engagement et la contribution de tous les fils et filles de la Nation demeurent fondamental », a fait savoir Mme Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson.

« La DMK reste convaincue qu’aucun parti politique ne pourra efficacement, à lui tout seul, mener à bout cette lutte qui n’a que trop duré (…) ; C’est pourquoi la DMK convie les Togolaises et Togolais, quels que soient leurs bords politiques, ethniques ou religieux, à une synergie d’actions pour conclure ce combat engagé il y a plus de trente ans », a-t-elle indiqué, lançant un « appel solennel » aux hommes de foi et aux leaders religieux de s’investir davantage pour « trouver une issue heureuse à la longue et grave crise que notre pays a du mal à juguler depuis 1991 ».

La coordinatrice générale de la DMK est par ailleurs revenue sur les divisions qui minent l’opposition togolaise, lesquelles divisions ont, dit-elle, « porté une grave atteinte au combat pour la démocratie et éloigné un peu plus la possibilité de l’alternance ».

La Rédaction