Togo/ Les langues nationales (Ewé et Kabyè) désormais dans les disciplines scolaires

Togo/ Les langues nationales (Ewé et Kabyè) désormais dans les disciplines scolaires

SHARE
image_pdfimage_print

Désormais les disciplines se feront en langues nationales (Ewé et Kabyè) du CP1 au CE1 au Togo. Plusieurs acteurs de l’éducation de douze (12) pays d’Afrique francophones planchent sur le sujet lors d’une rencontre de production en langues de lexique bilingue ouverte depuis ce lundi à Lomé.

C’est une idée de l’Initiative de l’Ecole et langues nationales en Afrique (ELAN-Afrique) qui veut à travers cette rencontre régionale, permettre un meilleur apprentissage scolaire, histoire de réduire considérablement les échecs scolaires.

Pendant sept (7) jours, ces participants apporteront leur contribution pour l’élaboration des lexiques bilingues français, langues africaines spécialisées pour l’enseignement des mathématiques et de la lecture dans quatre (4) langues nationales dans ces pays notamment le Dioula, le Kabyè, l’Ewé et le Malagasy.

Après l’élaboration des lexiques, le programme sera expérimenté sur trois (3) années du CP1 au CE1 au bout desquelles une évaluation sera faite. Ces outils seront destinés aux enseignants et encadreurs du cycle primaire.

Au total dix (10) écoles pilotes sont retenues pour l’introduction des langues Ewé et Kabyè dans l’enseignement.

« Notre ambition est de fournir aux acteurs des pays francophones des outils pédagogiques, des documents de référence sur les langues utilisées dans les classes pour qu’ils puissent être les plus performants dans leur travail au quotidien », a déclaré Hamidou Seydou Hanafiou, Coordonateur Initiative EAN-Afrique.

Laré Lardjia, Coordonateur nationale de l’éducation pour tous s’est réjoui de cette initiative qui selon lui, permettra aux enfants d’apprendre en sachant ce qu’ils font dont le maître peut leur expliquer à fond ce qu’ils sont en train d’apprendre de tant puis qu’ils répètent sans savoir ce qu’ils disent.

L’Initiative ELAN est une offre francophone d’accompagnement de pays ayant choisi l’éducation bilingue comme alternative d’amélioration de la qualité de l’éducation de base.

La deuxième phase a été lancée le 3 juin dernier. Douze (12) pays concernés sont, Bénin, Burkina-Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Madagascar, Mali, Niger, République démocratique du Congo, Sénégal et le Togo contre huit (8) à la première phase.

Joseph Ahodo