Togo : le problème d’insécurité juridique et judiciaire au centre de la...

Togo : le problème d’insécurité juridique et judiciaire au centre de la 17ème journée annuelle des juristes de banque

SHARE
Photo de famille des participants
Photo de famille des participants
image_pdfimage_print

Les juristes de banque venus de douze (12) pays d’Afrique centrale et occidentale ont tenu ce mardi 09 avril à Lomé, leur 17ème journée annuelle placée sous le thème « réglementation bancaire et réglementation de droit commun ». Initiée par l’association africaine des juristes de banque et établissements financiers (AJBEF) avec l’appui financier de l’APBEF-Togo, cette 17ème session est un cadre d’échange, de partage de connaissances et d’expériences autour des différents sous thèmes et aussi réflexion sur les réglementations bancaires en lien avec les réglementations du droit commun.

 « Nous nous sommes réunis pour pouvoir échanger nos expériences, pour pouvoir réfléchir ensemble sur les préoccupations financières des banques et des établissements financiers. Au sein des banques il y a le problème d’insécurité juridique et judiciaire dans l’environnement dans lequel les banquiers évoluent en Afrique et lorsqu’on réfléchit, on se rend compte que cette insécurité provient notamment des textes qui régissent les activités des banques et donc il nous faut réfléchir pour voir quels sont les problèmes qui sont créés par les législateurs et qui empêchent les banques de pouvoir donner le meilleur d’elles-mêmes », a laissé entendre Albert  Okitosomba, président de l’AJBEF.

Il faut noter que le juriste de banque a pour mission de veiller à la légalité des actions et décisions de la banque. Il veille à défendre les intérêts de la banque et être en mesure de guider les responsables de banques dans les prises des décisions.

Crée depuis l’an 2000, l’Association africaine des juristes de banque et établissement financiers (AJBEF) œuvre pour mieux sécuriser les banques et les clients. Elle apporte donc sa contribution pour relever les différents défis auxquels font face les banques africaines.

« Le défis à relever c’est la création des groupes bancaires africains enfin que l’Afrique puisse se financer par elle-même et qu’on arrête de toujours tendre la main vers les occidentaux pour tout ce qui est de nature à saboter les bases de notre économie et qui ne facilite pas l’émergence des pays africains », a déclaré Moussa Soumah, Directeur juridique et du recouvrement en Guinée.

Les travaux de cette rencontre ont été présidés par le ministre de la justice et des gardes des sceaux, Pius Agbetomey.

Elisabeth S.