Togo/ Le secteur du financement va mieux qu’ailleurs

Togo/ Le secteur du financement va mieux qu’ailleurs

SHARE
M. Kossi Tofio
M. Kossi Tofio
image_pdfimage_print

secteur privé au Togo s’est ouvert à Lomé à l’initiative du ministère de l’Economie et des finances représenté par le Directeur de cabinet dudit département ministériel M. Kossi Tofio.

Dans le projet Togo émergent, des études montrent qu’un taux de croissant de 10% du PIB réel par an est possible avec l’implication du secteur privé au côté du gouvernement. Raison  pour laquelle, la direction de l’économie et des finances a lancé depuis 2013 l’enquête de prévision macroéconomique.

C’est une enquête annuelle auprès des entreprises pour collecter les informations nécessaires à l’alimentation en données de son modèle de prévision.

Les résultats de ces trois (3) éditions ont révélé que les entreprises font face à des contraintes qui limitent leur niveau de production, donc leur capacité à créer des emplois et à contribuer ainsi à la réduction du chômage et de la pauvreté. « Les difficultés demeurent la faiblesse du financement bancaire de leurs investissements », a reconnu le Chef-division prévision Anumu Edem Ketoglo.

En l’absence du financement, il n’y a pas de création d’entreprises et celles qui existent peinent à se développer avec des investissements et des fonds de roulement bridés. Cette situation a des conséquences négatives sur la croissance économique du Togo.

C’est en cela que le secteur privé selon M. Ketoglo est un partenaire incontournable du gouvernement dans ses efforts de développement économique et social du Togo, de ce fait a exhorté les participants à formuler des solutions adéquates à cette contrainte pour permettre à ce secteur d’exploiter tout son potentiel et de contribuer davantage à la croissance économique.

Ces informations collectées auprès d’un échantillon de 200 entreprises portent sur la situation financière, le niveau d’activité, la tendance du niveau de production et d’investissement, les contraintes de production, l’évolution des stocks, l’exportation, l’importation, le chiffre d’affaires et l’évolution de l’effectif des salariés temporaires et permanents.

Selon les données de l’Union économique et monétaire ouest africain, le Togo vient en deuxième position pour le classement crédit au secteur privé rapporté au PIB et lorsqu’on prend celles de la banque mondiale, il est le premier avec un taux de 37% contre 20% au Ghana. Ce qui montre que malgré les défis qui restent à relever, le cas du Togo est meilleur que certains pays.

Joseph Ahodo