Togo/ La loi portant création des communes votée à l’Assemblée nationale

Togo/ La loi portant création des communes votée à l’Assemblée nationale

SHARE
Vote de la loi portant création des communes
Vote de la loi portant création des communes
image_pdfimage_print

Les députés à l’Assemblée nationale ont procédé ce vendredi au vote de la loi portant création des communes au Togo. 59 voix pour, et 21 contre, c’est le résultat de ce vote intervenu dans un débat houleux.

Cette désormais loi, rejetée par les députés du groupe parlementaire ANC (opposition), subdivise le territoire national en 116 communes et intervient dans la perspective des prochaines élections locales prévues d’ici fin 2018.

En votant contre le projet de loi, les députés du parti de Jean Pierre Fabre estiment que le projet, tel que soumis par le gouvernement, comporte des « incongruités » et des « aberrations flagrantes et criardes » qui, selon eux, sont autant de facteurs de discrimination et de division, mettant en danger la paix et l’unité nationale.

« Le groupe parlementaire ANC ne saurait se rendre complice de l’adoption de ce projet de loi scélérat, discriminatoire et injuste portant création des communes, qui viole notre Constitution et nos lois, foule au pied les normes et standards électoraux internationaux, et nuit gravement à la cohésion nationale », a déclaré Me Isabelle Améganvi, présidente du groupe parlementaire ANC.

Par contre, du côté des députés du parti UNIR, (majorité parlementaire), cette loi portant création des communes, a l’avantage d’avoir pris en compte toutes les réalités des localités du pays. « Pour le groupe parlementaire UNIR, le projet de loi est un texte d’espoir et de soulagement », a souligné Christophe Tchao, président du groupe parlementaire UNIR.

Selon les explications de l’émissaire du Gouvernement en la personne du ministre Payadowa BOUKPESSI en charge de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, chacune des préfectures bénéficient d’au moins deux communes. Les préfectures chef-lieu de région bénéficient chacune de quatre communes. Il en est de même pour certaines grandes préfectures qui ne sont pas chef-lieu de région, mais qui comportent également au moins quatre communes compte tenue de leur importance géographique et démographique.

« Le vote de ce jour est le détonateur réel qui va propulser notre processus de décentralisation. La loi votée va davantage rapprocher l’administration de la population et promouvoir l’emploi des jeunes et le développement des localités », a-t-il précisé.

Au demeurant, le vote de ce projet de loi est un pas franchi dans le processus de décentralisation en cours au Togo.

Cris DADA