Togo : Ma santé, mon école, un enjeu collectif !

Togo : Ma santé, mon école, un enjeu collectif !

SHARE
Photo de famille au lancement du projet
Photo de famille au lancement du projet
image_pdfimage_print

Au Togo, le taux d’accès à l’hygiène et à l’assainissement est de 43 % et plus de 30 % des latrines scolaires de Lomé enregistrent plus de 100 élèves par cabine. De plus, la majorité des apprenants évolue dans un environnement scolaire peu salubre, peu sûr et peu protecteur ou la mauvaise santé est source d’absentéisme, d’abandon scolaire, de morbidité et parfois de mortalité en dépit des interventions ponctuelles de l’Etat et des ONG. Pour contribuer à palier à ce phénomène, l’association La Chaine de l’Espoir à mis en place un projet dénommé « ma santé, mon école, un enjeu collectif », afin d’aider à développer les capacités de la communauté scolaire et réduire à long terme, les facteurs mettant en péril la santé des élèves et leur apprentissage scolaire.

Les activités dudit projet financé par l’Agence Française de Développement, ont été lancées ce mardi 12 février à Lomé. Initié par l’association La chaine de l’Espoir en collaboration avec les associations Jeunesse et Avenir du Togo et Wash Volunteers, ce projet « ma santé, mon école, un enjeu collectif », propose une approche intégrée pour l’amélioration de la santé et du bien-être au sein des établissements scolaire du pays.

Il vise également le changement de comportement des élèves et de la communauté scolaire et sur le renforcement de leur capacité afin de leur donner des outils pour prévenir et agir eux-mêmes sur les facteurs qui mettent à risque leur santé et leur bien-être.

« C’est un projet qui développe quatre thématiques très intégrées, la thématique de la santé sexuelle et de la reproduction, de l’hygiène menstruel, de la non-violence et la thématique de l’eau, l’hygiène et assainissement à l’école. Il y a aussi une autre approche innovent qu’on appelle approche ‘Nyagbé’ ou au-delà de l’apprentissage dans les salles de classe, les enfants développent des compétences en matière d’écriture et d’expressions orale et cette approche est fait de façon inclusive où ce n’est pas seulement les élèves qui interviendront mais aussi les élèves peu timides chez qui on a déclenché un réveil pour qu’ils puissent contribuer eux même à leur propre développent », a souligné Espoir Komivi DaTCHIDI, chef projet éducation.

Pendant les trois (3) ans que va durer ce projet, plusieurs activités seront menées au sein même des établissements permettant de développer des capacités de prévention, d’éducation et de leadership des apprenants.

Pour ce faire, 100 élèves seront formés pour œuvrer et pérenniser les résultats dudit projet, des plates formes interclubs seront également mises en place afin de promouvoir des échanges entre les jeunes des différents clubs des établissements bénéficiaires du programme, le renforcement des compétences des membres des parents, des associations des parents d’élèves, du corps enseignant et des revendeuses de denrées alimentaires sur les thématiques de l’hygiène et assainissement, et enfin des actions de sensibilisation et de communication autour des problématiques de santé scolaire et autres thématiques clés seront organisées.

L’association La Chaine de l’Espoir a vue le jour en 2002 au Togo et les activités de son projet « ma santé, mon école, un enjeu collectif au Togo », couvrent 4 écoles à Lomé centre et le grand Tokoin.

Elisabeth S.