Togo/ Plus de 3.000 observateurs pour les législatives du 20 décembre 2018

Togo/ Plus de 3.000 observateurs pour les législatives du 20 décembre 2018

SHARE
Une vue des observateurs
Une vue des observateurs
image_pdfimage_print

Ils sont 181 observateurs internationaux venus de la CEDEAO, de l’Union Européenne, du Conseil de l’Entente, des Etats-Unis de d’autres pays et institutions à être déjà présents au Togo dans le cadre des élections législatives de ce 20 décembre 2018. Ces internationaux viennent s’ajouter aux 2.950 observateurs nationaux mobilisés autour du scrutin.

Mardi 18 décembre, jour du vote par anticipation des forces de l’ordre et de sécurité, le Gouvernement a organisé une rencontre de briefing avec ces observateurs à Lomé. Une séance de travail animée par le Ministre de la fonction publique Gilbert Bawara, son collègue Payadowa Boukpessi en charge de l’administration territoriale, le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) Kodjona Kadanga et le commandant de la Force Sécurité Élections 2018, Têko Koudouwovo.

Le contexte sociopolitique de cette élection qui intervient à la suite de la feuille de route définie par les Chefs d’Etat de la CEDEAO a été rappelé aux observateurs par le ministre Bawara qui fait souvent office de porte parole du gouvernement dans les négociations politiques.

Le ministre de l’Administration territoriale a de son côté indiqué que les 14 partis politiques de la Coalition  de l’opposition (qui ont décidé de boycotter le scrutin), sont une partie des 115 partis politiques que compte le Togo.

Payadowa Boukpessi a également fait savoir que le processus électoral, conformément à la loi en vigueur, a commencé depuis le 20 octobre 2017 avec l’installation de la CENI. Selon ses explications, l’interdiction faite aux partis membres de la C14 de manifester est conforme aux dispositions de l’article 16 de la loi sur les manifestations au Togo, une loi qui interdit toute manifestation, lorsqu’il y a risque de trouble à l’ordre public.

Le président de la CENI a pour sa part rappelé que le processus électoral s’est déroulé avec l’assistance des experts de la CEDEAO et que le fichier électoral, entièrement renouvelé, a été confectionné avec l’assistance des auditeurs indépendants suite aux opérations de recensement effectuées sous le regard des observateurs de l’Institution sous régionale.

« Nous avons fait un travail de renseignements et nous pouvons vous rassurer que nous irons aux élections le 20 décembre sans aucun problème », a pour rassuré le commandant de la Force Sécurité Élections 2018.

A en croire le chef des observateurs de la CEDEAO, Gal. Salou Djibo, ancien président du Niger, la mission d’observation électorale se fera en toute neutralité.

David