Togo/ Politique : L’ANC quitte la Coalition de l’opposition !

Togo/ Politique : L’ANC quitte la Coalition de l’opposition !

SHARE
Jean Pierre Fabre, Président national de l’ANC
Jean Pierre Fabre, Président national de l’ANC
image_pdfimage_print

Décidément plus rien ne va au sein de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise qui ne cesse de se vider de sa substance. Ce vendredi 22 mars, c’est l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) de l’ancien chef de file de l’opposition Jean Pierre Fabre, qui par le biais d’un communiqué, a annoncé sa décision de quitter ce regroupement de partis de l’opposition né il y a 18 mois dans la fièvre de la contestation du pouvoir de l’actuel Chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

Le départ de l’ANC porte en effet à sept (07), le total des partis qui ont finalement décidé de prendre leur indépendance vis-à-vis de la coalition.

Selon le communiqué, la décision de l’ANC de poursuivre en dehors de la C14, la lutte pour l’alternance politique a été prise à l’issue d’une réunion extraordinaire du bureau national du parti tenue ce vendredi à Lomé. Pour justifier sa sortie de la C14, l’ANC évoque des « divergences grandissantes entre sa vision de la lutte de libération héroïque et courageuse du peuple togolais et les options inexplicables maintes fois retenues à son corps défendant ».

« L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) se retire de la C14 avec effet immédiat et appelle les forces vives de la nation togolaise à la vigilance et à la résistance, afin de capitaliser les efforts de lutte de plusieurs décennies dans une nouvelle dynamique de mobilisation populaire, massive et soutenue, pour l’alternance et le changement, pour la liberté et la justice, pour la démocratie, l’Etat de droit et la bonne gouvernance dans notre cher pays le Togo », lit-on dans le communiqué de l’ANC

Cependant, l’ANC se dit toujours « ouverte à toutes les forces démocratiques qui partagent la même vision, la même approche, et qui s’engagent à œuvrer avec cohérence et rigueur, avec persévérance et sérieux, en ayant constamment à l’esprit les aspirations profondes du peuple togolais ».

Au demeurant, le départ de ce parti influant de la C14 est sans doute un coup dur pour la Coalition qui tente difficilement de relancer sa lutte politique au Togo après les élections législatives de décembre 2018 qu’elle a décidé de boycotter.

Mercredi dernier, une délégation de la coalition conduite par le président de l’UDS-Togo Antoine Folly, a été reçue par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé à Lomé pour des échanges portant sur divers sujets notamment la poursuite des mesures d’apaisement à travers la libération des détenus politique, la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles, les prochaines échéances électorales et la culture d’un climat de paix au Togo.

Cris DADA